Accueil > Psychologie > Les Jeux

Les Jeux

Des rapports et des hommes (humains)

lundi 26 mai 2003, par Mireille-Caroline

Les jeux de rapport aux autres. Ces comportements acquis bébé qui se transforment en émotions quand vous êtes grands.. Ces inadéquations comportementales qui vous poussent chez un Psy Freudien ou Junguien et qui vous font rester vingt ans en thérapie.. Il existe des méthodes pour enfin se sortir de son MOI et d’arrêter de se regarder le nombril.

Comment quitter le divan de son Psy ?
Depuis combien de temps consultez-vous ? Votre entourage vit de quelle manière votre thérapie ? Etes-vous totalement certain (e) que se soit efficace ?

Si cela fait plus deux ans que vous vous faites psychanalyser et que vous vous sentez toujours aussi mal. Cessez de payer le loyer du divan à votre Psy, courrez prendre rendez-vous dans un CHU avec un psychiatre. Votre cas relève de la solution médicamenteuse.

Schéma soixanthuitard, version USA.
Votre sujet de conversation favori est la psychologie et vos réunions entre amis tourne autour de vos thérapies respectives. Vous n’avez plus besoin d’un Psy, mais de thérapie de groupe. Testez les psychodrames.
Jamais sans mon Psy à vécu, vous êtes passez de mode..

Un Psy dans le vent : « Eric BERNE »
Après des études classiques en médecine psychiatrique et psychanalyse, il observe ses patients et ses confrères. Il constate une chose essentielle, l’individu réagit sur sa personnalité propre. Les mêmes causes pour deux individus n’engendreront pas les mêmes effets. Ce qui remet quelque peu en question les théories Freudiennes.
« Une mère à deux garçons, elle les aime tous deux autant et les éduque de la même façon. » Résultat du fait de leurs personnalités individuelles ils ne ressentiront pas un attachement identique à leur mère..

Quand E. BERNE a élaboré sa méthode, l’a appliqué pour en final rédiger des ouvrages à l’usage des professionnels, il s’est vu critiqué par l’Académie. D’ailleurs il écrit ceci dans son livre « Que dites-vous après avoir dit bonjour ? » : Cela m’expose aux reproches de vulgarisation et de simplification - termes qui ne laissent pas d’évoquer les vieilles accusations de cosmopolitisme bourgeois et de déviationnisme du Comité central. A choisir entre chapelle et place publique, entre complication et simplicité, je me range du côté des gens. »

Les jeux
Tout petit déjà vous avez compris comment faire tourner votre maman en bourrique. Vous ne saviez pas mettre des mots sur vos contrariétés, mais le fait qu’elle ne cède pas à tous vous désirs, l’a rendait ennemie.
Vous rappelez-vous lors de repas, vous vouliez tremper vos doigts dans la purée. Maman disait « Non ! » De coup vous faisiez la mitraillette avec votre bouche ou vous jouiez au lancer de purée avec la cuillère. Après, il y a eu le pot, puis maman vous a mis à l’école, la garce !
Les premiers jeux, qui se forment, sont donc apprendre à faire plaisir pour avoir des compliments ou apprendre à ruser pour faire ce que l’on veut. Les petits garçons savent très bien manipuler leurs mères et les petites filles leurs pères. Troisième jeu, celui de la séduction.
Celui-ci s’opère dans le sens parent enfant également. Mais, résultat c’est la meilleure façon d’apprendre à devenir pervers.

Je suis un petit enfant, je veux et j’obtiens en faisant du charme. Plus grand je recommencerais.
Je suis un petit enfant, on me fait du charme pour que j’obéisse, je veux plaire, je fais ce qu’on me demande. Je suis grand aujourd’hui et j’ai bien appris de mes parents comment pratiquer, je fais subir aux autres ce que j’ai mal vécu. J’en tire du plaisir.

Les jeux n’ont pour but que de rassurer afin d’avoir une bonne opinion de soi-même. Il existe quatre types de jeux.
Gagnant-gagnant (++)
Gagnan-perdant (+ -)
Perdant-gagnant (- +)
Perdant-perdant (- -)

++

Nous ne sommes pas d’accord, mais nous trouvons un terrain d’entente équitable : Votre fille veut ses chaussures N., elles sont très chères et vous jugez la dépense salée. Vous lui proposez de participer à l’achat avec son argent de poche. Elle accepte, elle y tenait vraiment. Vous êtres contents tous les deux.

+ -

L’un des deux va perdre : « VOUS » Elle vous tanne, vous bassine, vous craquez..
Vous achetez les N. Mais, vous lui en voulez.

- +

Elle perd ! Hors de question de céder à ses caprices. Ne serait-ce que pour le principe. Il faut qu’elle apprenne à vivre.
Vous n’achetez pas les chaussures. Elle vous en veut.. Surtout si vous n’expliquez pas le refus.

- -

Vous perdez tous les deux. Elle vous a rabâché les oreilles. Vous n’avez pas cédé. Elle vole les N. à une copine ou elle se les fait payer par quelqu’un.
Vous, vous en voulez mutuellement. Vous n’avez plus d’autorité. Quant à elle, elle se sait redevable envers une tierce personne.

Les jeux se passent ainsi depuis votre naissance. Vous voulez et vous n’avez pas le pouvoir de décider. Vous affûtez donc votre pouvoir de réflexion pour obtenir. Plus une éducation est sévère, plus les enfants se forment à la perversité des jeux. Certains finissent par en être prisonniers à vie.
Ils apprennent très vite à jouer au plus fin.. Inutile de vous dire que l’idéal est d’arriver à des positions gagnant-gagnant. Les échanges de bons procédés et de valeur identique restent les plus sains.
Le bébé veut mettre ses doigts dans la purée, OK ! Que va t-il falloir faire ? A cet âge pas question de lui expliquer les choses en long et en travers, bébé n’a pas la capacité d’analyse.
C’est à vous répondre..

Citation :
« Comme le rêve, le jeu est une reprise élaborative de scènes non liées.
Il a pour fonction de proposer une issue à la satisfaction du désir »
Eric BERNE »

De nombreux sites parlent de A.T

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?