Accueil > Amour > Vivre seule, rupture > Les ruptures

Les ruptures

Si ça se passe mal à qui la faute ?

vendredi 30 mai 2003, par Mireille-Caroline

Il faut savoir rompre sans détour ! Une rupture mal expliquée peut entraîner des réactions secondaires. C’est ce qui est arrivé à Aurélia, Cédric et bien d’autres. On fait souvent plus de mal en voulant se montrer charitable. Votre Ex a t-elle, a t-il besoin de votre pitié ?

Rupture

Vous avez de bonnes raisons pour mettre un terme à cette relation. Que vous ne l’aimiez plus ou qu’au contraire vous l’aimiez, si vous rompez, faites-le de façon définitive. Entretenir de soit disant contacts amicaux ne fonctionnera pas, si l’autre vous aime.

Par le biais de rencontres ou d’appels, elle ou il se persuadera que tout peut redevenir comme avant. Que vous avez une lassitude passagère ! De ce fait, vous allez au devant de problèmes et vous finirez par vous détester mutuellement.

Cédric a rompu en avril et il nous donne son point de vue :
« Je ne voulais pas qu’elle souffre. Aussi ai-je préféré arrêter en douceur. Après la séparation, elle continuait de me téléphoner et me donner rendez-vous. Jusqu’au jour ou je me suis rendu compte qu’elle ne cherchait qu’à me récupérer. En plus, elle devenait agressive quand je lui parlais de ma nouvelle copine. Elle a même piqué une sorte de crise d’hystérie lors d’un de nos rendez-vous ou Julie était présente. C’est là que j’ai compris qu’il valait mieux une cassure nette et ne plus se recontacter. Elle a beaucoup pleuré, mais je ne l’aimais plus. Dans cette affaire Julie a failli me quitter. J’en veux énormément à mon ex, et j’ai du me montrer odieux pour qu’elle me fiche la paix. »

Aurélia est dans une situation analogue : « Philippe est marié, il l’était quand nous nous sommes rencontré, mais je pensais que j’étais assez forte pour vivre cette relation. Hors au bout de six mois, je trouvais notre couple de plus en plus glauque. J’en avais assez de dormir seule. Aussi, après une énième rupture, la bonne, il ne m’a pas cru. Seulement, le jour ou il m’a vu avec Steph, là, il n’a plus assuré. Au début il m’a dit que nous formions un beau couple. Puis, il a tenté de me faire croire qu’il avait quelqu’un. Aujourd’hui sa femme l’a mis dehors et il vient une fois par semaine faire un scandale chez moi. Quand je l’ai quitté, j’ai faitl’erreur de lui dire que je l’aimerai toujours ! Si j’avais su qu’il deviendrait violent et possessif, je m’en serai bien gardé. Evidemment, Steph n’apprécie pas ce genre de situation, et après chacun des scandales de Philippe, nous nous disputons. »

Arthur pense : « Que rien ne vaut les ruptures où l’on s’engueule ! Au moins on se balance tout à la tête et après c’est net, clair et précis. Les ruptures gentillettes, sont des ruptures en trompe l’œil. »

On ne peut dénier le bon sens d’Arthur. Une expression à la mode « faire son deuil » prend de l’ampleur dans ce genre de cas. Pour pouvoir tirer réellement un trait sur une histoire, il faut casser franco. Tant pis si l’autre vous fait passer pour une salope ou un salaud. Vous lui ferez moins de mal quand acceptant d’entretenir une relation somme toute perverse. Car, au final quand on se quitte et que l’on continue de se parler, avait-on vraiment envie d’en finir ou cherchait-on un peu de liberté pour aller goûter à d’autres pommes ?


Illustration provenant du site :
www.e-timbre.net

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?