Accueil > Mieux vaut en rire > Anges gardiens 22 suivi du 23

Anges gardiens 22 suivi du 23

samedi 3 avril 2004, par Mireille-Caroline

Les anges gardiens (22

Chez Fabien et Rémy nos extrêmes gauchistes de service, Clément joue des airs Irlandais au pipeau. C’est assez joli, tout le monde écoute ravi et en parle. Encore une excuse pour polémiquer entre la gauche et la droite. Les coucous casse-cou sont repartis pour un tour...

Calvère  : Bonjour madame Tadzi, c’est de votre immeuble que viennent les airs Irlandais ?

Tadzi : Oui, c’est des amis de Rémy et Fabien. Il y en a un qui joue du pipeau.

Aldaric : Remarquez c’est normal. Des gauchistes qui nous jouent du pipeau cela n’a rien d’étonnant !

Tadzi : C’est comme les mecs de droite, eux c’est du violon qu’ils nous jouent !

Calvère  : ET ceux qui jouent du piano, vous les classez où ?

Tadzi : A l’église !

de Mersan : Madame, si vous alliez recommander votre âme à Dieu plus souvent, vous sauriez que dans les églises, c’est de l’orgue que l’on y joue...

Tadzi : Monsieur, je ne confie pas mes affaires personnelles à n’importe qui ! Avec tous ces escrocs qui nous entourent. Vous leur prêtez votre âme et vous vous ne la revoyez plus. Ca va on connaît

de Mersan : Comment, Dieu un escroc ?

Tadzi : Ho ! celui-là, il n’est pas dangereux, mais ses représentants terrestres, tous des tarés. Entre les vôtres qui veulent faire abroger la loi sur l’avortement, les autres qui ne pensent qu’à faire sauter les innocents et les troisièmes qui nous rejouent la seconde guerre mondiale pour nous culpabiliser. Ca va ! Trop c’est trop !
Jusqu’à il y a peu, je pensais qu’il était normal de croire en l’existence de dieu. Que certaines personnes en avaient besoin. Mais, vu les proportions et les dérives où nous amènent les croyants, je dis, STOP ! Dieu n’a jamais existé, il serait temps de grandir et de l’admettre.

de Mersan : Vous trouvez normal de tuer un enfant dans le ventre de sa mère ?

Tadzi : Et vous, vous trouvez normal de tuer votre prochain parce qu’il refuse de croire en dieu ? Oui, je suis pour l’avortement. Oui, je trouve normal qu’une femme ayant été violée fasse passer le germe de cet acte odieux. Oui, je trouve normal si les contraceptifs n’ont pas fonctionné de pratiquer une IVG quand on a pas assez d’argent pour nourrir et élever convenablement des enfants. De toute façon, il y a trop d’habitants sur Terre. Et, si vous avez suivi l’actualité, la sécurité sociale va très mal. Dépendent de la SS, les allocations familiales, les retraites et l’assurance maladie. Donc d’ici, à ce que les parents ne perçoivent plus d’allocs, il n’y a pas loin. Vous ferez comment pour élever vos mioches quand vous n’aurez plus les aides sociales monsieur de Mersan ?

de Mersan : Mais, je travaille.

Calvère  : Ca se vend bien vos livres ? Cela génère assez de revenus pour faire vivre votre famille ?

de Mersan : Avons-nous l’air de manquer de quelque chose ?

Calvère  : Actuellement, non ! Mais si demain, au milieu des réformes, ils s’attaquent aux allocations familiales ?

de Mersan : Il n’est juste question que de réformer l’assurance maladie qui est un gouffre. 50% des dépenses de santé sont le fait des retraités, si j’ai bien compris ce qui se disait sur RMC.

Tadzi : J’ai tout compris ! Sauvons les foetus et aidons les vieux qui ne veulent plus mourir...

Aldaric : Chez nous en Suisse, nous n’avons pas d’allocations familiales, de ce fait nous n’avons pas de déficits !

Tadzi : Chez vous la femme, n’a pas une vraie place. Si ce n’est de rester à la maison pour torcher le cul des gosses et préparer la bouffe à Môssieur !

Aldaric : Ben où est le problème ?

Tadzi : Quand vous serez grand, on vous l’expliquera. On se demande ce que vous a appris votre maman ?

**************
23

13 heures, nous sommes samedi. Les concierges ont fini de déjeuner. Dehors ils se tapent la causette et échangent des ragots d’immeubles ! Qui couche avec qui ?

Zeig : Ca va tout le monde ?

Tadzi : On peut le dire.

Zeig : Ce week-end, il n’y a rien de particulier, c’est déjà ça. Pas de salon du livre, pas d’élections, aucun événement sensationnel.

Tadzi : Vous pourriez créer l’événement, si vous avez peur de vous ennuyez.

Zeig : Y’aurait pas une fuite dans votre immeuble aujourd’hui ?

Juliette et Eric sortent du 20 rue Pine. Ils disent bonjour à tous.

Zeig : Bonjour !

Tadzi : Tiens ! Eric vous avez changé d’immeuble ?

Eric : Madame Tadzi, on peut aller dire bonjour à des voisins, sans déménager, non ?

Tadzi : Oui, bien sur.

Juliette Et l’on peut recevoir qui on veut chez soi, sans que les concierges nous fliquent ou nous posent des questions, non ?

Tadzi : Désolée, je ne voulais pas vous fâcher.

Juliette Je ne suis pas fâchée, mais par moment les commérages m’irritent le poil. Que ce soit ceux à propos de l’inspection de monsieur Calvère spécialiste en plomberie ou bien vos allusions perfides au sujet des visites d’Eric chez moi, ça m’énerve !

Zeig : Si on peu plus parler !

Eric : Parlez donc politique au lieu de parler de vos voisins.

Zeig : Vous êtes de mauvaise humeur tous les deux ou quoi ?

Eric : Juliette tu viens, nous allons être en retard !
Juliette  : Tu as raison. Allez salut !

Tadzi : Vous avez entendu Omard, ils se disent tu !

Zeig : Vous savez m’ame Tadzi, il n’y a que dans les feuilletons américains que ceux qui couchent ensemble se vouvoient.

Tadzi : Pour votre copain Aldaric, c’est pas gagné, le Eric il monte la garde. Ha ! Ha ! Ha !

Zeig : Aldaric, il a passé la soirée chez mademoiselle Eldelweiss.
Tadzi : Comment vous le savez ?

Zeig : Parce qu’il me l’a dit, c’te connerie !

Tadzi : Et alors ?

Zeig : Vous voudriez bien savoir ?

Tadzi : Oui !

Zeig : Ils ont flirté et après il est rentré dormir chez lui.

Tadzi : Ha ! C’est tout !

Zeig : Déçue ? Vous tapez pas, Aldaric c’est un lent, mais il a de la suite dans les idées.

***********

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?