Accueil > Mieux vaut en rire > Dans l’immeuble des anges - épisode 24

Dans l’immeuble des anges - épisode 24

samedi 3 avril 2004, par Mireille-Caroline

Aldaric : Tu fais quoi ici ?

Edelweiss : Je suis venue travailler pour six mois.
Aldaric : Tu es d’où ?

Edelweiss : De Vevey.

Aldaric : Tu es Suisse comme moi, c’est un bon début.
Edelweiss : Tu es d’où toi ?

Aldaric : Lausanne.

Edelweiss : Pourquoi es-tu venu étudier en France ?

Aldaric : Des petits soucis avec un droitdelhommiste. Pour ne pas avoir des problèmes en famille, j’ai émigré.

Edelweiss : C’était lequel qui t’emmerdait ?

Aldaric : Un anti raciste qui confond les événements et l’époque 39-45 avec aujourd’hui et l’agacement de voir des gens qui ne respectent pas nos coutume et nous crachent à la gueule.

Edelweiss : Toi aussi, ça t’énerve ?

Aldaric : Dois-je comprendre que tu n’approuves pas les allogènes qui ne savent pas se tenir ?

Edelweiss : Tout à fait. Tu veux une bière ?

Aldaric : Avec plaisir.

Edelweiss : A la tienne !

Aldaric se sent plein d’attirance pour sa jolie compatriote qui en plus partage ses idées. Il lui saute dessus un peu brutalement et l’embrasse. Pas effarouchée Edelweiss se laisse faire de bonne grâce. Tout en l’embrassant Aldaric fait une perquisition de l’intimité de la Suissesse. La femme Suisse a une particularité, elle aime l’amour et les jeux du sexe. Donc Edelweiss fait quelques mignoneries à Aldaric qui lui arrachèrent un cri de jouissance..

Aux alentours de minuit, toutefois, elle lui signifie qu’il doit rentrer chez lui. Aldaric aux anges, l’embrasse profondément une dernière fois et grimpe les escaliers quatre à quatre. Ca ne le gène pas d’attendre, au contraire.

...................

Arrivé vers 20 heures chez Juliette, Eric n’est pas de très bonne humeur. La tournure qu’ont pris les résultats des élections cantonales, le chiffonne. Juliette, elle n’a pas digéré les sourires qu’il a fait à Stéphanie l’autre jour. D’ailleurs, ils n’ont pas dormis ensembles depuis.

Eric : Je trouve que tu es trop jalouse.

Juliette  : Ecoute, si tu veux coucher avec Stéphanie, je peux le comprendre. Mais ne me demande pas de l’admettre.

Eric : Mais, je n’ai aucune envie de Stéphanie, j’ai juste étais courtois, comme il se doit.

Juliette  : Stéphanie te reluque, elle ne rêve que de t’ajouter à son tableau de chasse. Admettons que je manque de confiance en moi, cependant je reste persuadée qu’elle y parviendra. Parce que sa réputation de mangeuse d’hommes vous fait tous fantasmer. Vous rêvez de savoir ce qu’elle peut bien faire comme cochonneries.

Eric : Tu es jalouse parce qu’elle es plus jeune que toi. Crois-moi, je pense que tu en connais plus sexuellement qu’elle.

Juliette  : Sur quoi te bases-tu pour être si sûr ?

Eric : Sur nos relations, Juliette. Excuse-moi mais je suis bien placé pour savoir ce dont tu es capable en amour.

Juliette  : Qui te dis que Stéphanie ne fait pas des choses que je ne connais pas ?

Eric : J’ai parlé avec Calvère qui a eu une aventure avec elle ! Elle est du genre à se laisser entreprendre, plutôt qu’à entreprendre. L’inverse de toi.

Juliette  : Tu parles souvent avec les hommes de ce que nous les femmes vous faisons ?

Eric : Juste avec Franck Calvère. En dehors des femmes, nous avons d’autres idées en commun.

Juliette  : Lui as-tu raconté ce qu’il se passe entre nous ?

Eric : Tu deviens agaçante Juliette. Changeons de conversation veux-tu !

Juliette  : Aimable manière de ne pas répondre ! je vais nous préparer de quoi dîner. Tu prends un apéro ?

Eric : Oui ! Arrête de faire la gueule, je n’ai pas couché avec Stéphanie, je te le promets. Et je n’en ai pas envie.

Juliette apporte un verre à Eric et s’assoie près de lui sur le canapé. Eric pose sa tête sur son épaule et lui jette un regard doux et implorant. Juliette fond ! Il est trop mignon quand il la regarde avec ses yeux innocents. Elle ne tient plus, elle a trop envie de lui... Comme c’est une femme entreprenante, elle commence à dévêtir une certaine partie de son anatomie. Elle sait par cœur la faiblesse d’Eric. Elle en use et en abuse... De plus elle prend beaucoup de plaisir à pratiquer ces chôses...

La suite étant interdite aux moins de 18 ans.. Nous retrouvons notre couple le lendemain à 13 heures sortant de l’immeuble. S’ils ont envoyé promener nos concierges, ce n’est pas parce qu’il y a de l’eau dans la gaz entre eux. Bien au contraire, Eric vient de passer une nuit formidable, Juliette était déchaînée. Quelle femme !

Quant à Juliette, elle a toujours était un peu ours sur les bords. Sachant que Franck Calvère a lutiné la Tadzi et qu’il culbute régulièrement madame Zeig Omard, ça la gonfle d’écouter les allusions des deux bignolles.

***********

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?