Accueil > Société > Les modèles contre le chômage de masse

Les modèles contre le chômage de masse

Quand les responsables français ne savent plus penser !

mardi 17 octobre 2006, par Mireille-Caroline

Depuis pas mal d’années nos politiciens s’évertuent à conjurer le mauvais sort en regardant ce qui se fait ailleurs. Dans tous les domaines, avec chaque ministre et chaque gouvernement, on impose aux français des modèles de vie, venus d’ailleurs. Les DG, DRH et Présidents de directoire ont d’ailleurs calqué leurs comportements sur ces derniers. Dans les années 80, pour la gestion d’entreprise nous avions le modèle japonais, suivi par le modèle américain, anglais, suédois, danois, et surtout allemand.

Aujourd’hui alors que le syndicat patronal pose ses conditions au gouvernement et exige, les hommes politiques en vu des prochaines présidentielles ne savent plus à quels saints se vouer. Les entreprises lorgnent vers des pays à fiscalité réduite comme l’Angleterre ou l’Allemagne avec son système social très antisocial.

Résultat, c’est dans nos médias TV, radios, Le Point et le Figaro, on entend beaucoup parler du modèle allemand, où les actifs privés d’emploi sont lourdement pénalisé. Emploi à 1euro de l’heure, travail aux enchères (jobdumping), plan Hartz IV[1], etc. De quoi ravir n’importe quel chef d’entreprise, ne serait-ce que pour être concurenciel.

En France, le travail à un euro de l’heure est interdit par le code du travail. Ce qui n’exclue pas qu’il existe. En revanche, le travail aux enchère a fait une percée. Un succès mitigé, la plupart des entreprises ont des noms aux consonances anglo-saxones, fleurant plus l’arnaque : type de travail où il faut payer pour travailler, travail pyramidale…

Donc, le modèle allemand atteint vite ses limites de compétences. Sans oublier, un article du Monde du 17 octobre 2006 : « Martin Kronauer, sociologue, décrypte un phénomène qui n’est pas si récent :
« Des chômeurs âgés, repliés sur eux-mêmes »
Par Nathalie VERSIEUX
QUOTIDIEN : Mardi 17 octobre 2006 - 06:00
http://www.liberation.fr/actualite/economie/211036.FR.php

On y apprend que le chômage n’est pas plus endigué chez eux que chez nous, mais que la classe pauvre y grossit plus vite. Que si le chômage des jeunes est modéré, les plus de 50 ans y sont majoritaires. De là à conclure que l’Allemagne n’aime pas les vieux et qu’elle classe très vite vieux ses habitants… Actuellement, n’étant pas parvenus à mieux gérer le phénomène chômage que ses voisins européens, ce pays compte 6 millions de pauvres. D’autre part les Jobcenter made in Deutch se révèlent aussi efficaces que notre ANPE à imposer des salariés inactifs aux entreprises, c’est-à-dire qu’ils sont dépassés par les causes réelles de chômage.

Alors, doit-on en France continuer à regarder vers les autres nations pour trouver des solutions au marché de l’emploi ou bien va-t-on enfin chercher une solution à la française adaptée au peuple français ? Quelqu’un va-t-il enfin faire la corrélation entre la baisse de la consommation et la baisse de l’emploi ? Pour consommer, il faut des moyens financiers, les allocations Assedic ne sont malheureusement pas encourageantes.

J’ai une idée, mais elle a du mal à se faire entendre. Devenir salarié multi entreprise vacataire ou non. Les employeurs n’embauchant que pour le temps journalier nécessaire à la réalisation d’une tâche bien précises. Cesser le tout polyvalent qui crée du chômage structurel [2] à la pelle.

Et puis, que cela se sache, l’anglais exigé dans pratiquement toutes les annonces, n’est que rarement employé sur le lieu de travail. Au cours des dix années passées dans mon dernier emploi, je suis arrivée avec un niveau correct dans la langue de Shakespeare, et j’en suis ressortie ne bafouillant plus que quelques mots. En dehors, des personnes souhaitant un renseignement sur une adresse ou acheter un plan de Paris (que nous en vendions pas) je n’ai pas utilisé l’anglais. Heureusement, qu’il y a l’informatique qui nous parle dans cette langue parfois… Sans parler de la nouvelle loi sur l’utilisation du français et des mots anglophones !

- [1] HARTZ IV source Wikipédia : La loi Hartz IV est la quatrième étape de la réforme du marché du travail menée en Allemagne par le gouvernement Schröder de 2003 à 2005. C’est l’aspect le plus controversé de ces réformes. Hartz IV a donné lieu à plusieurs semaines de manifestations hebdomadaires à la fin de l’été 2004, surtout à l’Est du pays. La mise en application à partir du 1er janvier 2005 a également été marquée par d’importantes difficultés à traiter les dossiers et à remplir le rôle d’orientation et de conseil confié aux nouveaux Jobcenter.
La mesure la plus importante de cette réforme est la réduction des indemnités versées aux chômeurs de longue durée qui refuseraient d’accepter des emplois en-dessous de leur qualification ; de plus ces chômeurs pourraient être embauchés à des salaires inférieurs à la convention collective du secteur. D’autres mesures sont critiquées comme la possibilité de réduire les allocations d’un chômeur dont les ascendants ou descendants ont des économies. Ces mesures du SPD, vôtées avec le soutien de la majorité CDU du Bundesrat, ont donné lieu en particulier en ex-RDA à des manifestations hebdomaires le lundi, par analogie avec les Montagsdemo des années 1980 contre le régime est-allemand. Cette mobilisation a contribué aux revers électoraux de la majorité de Gerhard Schröder en 2005.
L’inspirateur de ces réformes Peter Hartz est le directeur du personnel de Volkswagen, où il négocia des accords sur la flexibilité des horaires ; il en démissionne le 10 juillet 2005 suite à des soupçons de corruption

- [2] Chômage structurel source Wikipédia : Le chômage structurel découle de l’inadéquation qualitative entre l’offre et la demande de travail. Il est le plus souvent lié à l’inadaptation des qualifications, qui découle elle-même des évolutions historiques (déclin des industries historiques) ou de la mauvaise orientation des systèmes de formation. Le chômage structurel comprend lui-même plusieurs types de chômage.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?