Accueil > Coup de déprime et coup gueule > Travail au noir

Travail au noir

Free lance, prestataires de services tous victimes

vendredi 27 avril 2012, par Mireille-Caroline

Comme je l’écrivais dans un article en 2011 la commission parlementaire a chiffré le coût du travail au noir entre 14 et 16 milliards d’euros. Si l’on se contente de pénalisé les acteurs, la situation ne risque pas d’évoluer et le coût pour le pays à des chances lui d’augmenter. Avant de pénaliser les gens qui travaillent sans être déclaré, il faut en soigner les causes. Libérer le travail comme l’appellent de leurs vœux les chefs d’entreprises, amplifiera et facilitera l’agissement.

Il faut cesser de se voiler la face, la moitié des chefs d’entreprise grands ou petits en France n’aiment pas rémunérer le travail des autres. Ils sont mauvais payeurs. Ce n’est pas nouveau, cela dure depuis des siècles. D’où les révoltes ouvrières qui ont très largement commencées dès le 19ème siècle.

Le dirigeant d’entreprise aime faire du profit. Profit sur la matière première qu’il vend et profit sur le compte de celui qui la fabrique.

Citons les entreprises du textile, du bâtiment, de la restauration qui sont pointées du doigt par la commission parlementaire sur le travail non déclaré. Mais, pas seulement eux. Toutes les entreprises qui font appel à des free lance, des prestataires de services ou à des personnes travaillant en portage salarial, soit des entreprises de services, aiment elles aussi faire du profit.
Ces dernières prennent le travail, le revende et établissent des contrats payables à 30 et 60 fin de mois avec le free lance ou le prestataire. Dans la réalité cela se traduit par des paiements à 90 et 120 jours. Et comment vivent pendant ce temps ceux qui ont généré de la production ?

Là encore on constate un vide législatif. Les pénalisés de ces paiements en retards n’ont pas l’inspection du travail, n’ont pas la possibilité de mettre à la banque de France les mauvais payeurs. Ils doivent d’office ester en justice. A condition qu’ils en aient les moyens financiers et le temps d’attendre la réparation du préjudice. Compter entre 1 et 2 ans, le temps que la justice suive sont cours.

De plus le free lance comme le prestataire de service hésitera à mettre en justice son client. Car, s’il obtient réparation, il sait que l’on ne fera plus appelle à ses services. Les chefs d’entreprise sont mauvais payeurs et mauvais joueurs.

Le travailleur en portage évitera de retravailler avec l’entreprise. Elle la laissera piéger d’autres personnes. A terme on peut supposer qu’il ne se trouvera plus beaucoup de gens pour travailler pour eux.

On constate en final que le libéralisme atteint vite son seuil d’honorabilité. L’humain ne possède pas de gène de l’honnêteté. Le libéralisme libère avant tout les mauvaises valeurs.

Il faut moraliser le travail avant de faire de grandes phrases sur le « vrai travail ».
Il faut absolument que les entreprises intègrent la notion de toute peine mérite salaire en temps et en heure. Si elles n’ont pas les moyens de payer ce qu’elles ont commandé au moment où elles commandent le travail, elles doivent trouver une autre solution et regarder leur situation financière avec honnêteté.

Le particulier peut-il aller chez le boucher, le boulanger, au supermarché, utiliser la RATP, la SNCF, l’EDF consommer et dire je paierai à 30 ou 60 jours ? NON !
Quand c’est consommé et que l’on en a tiré le bénéfice, on ne sent plus redevable, on a envie de jouir de ce bénéfice. Et sur ce plan là les entreprises sont leaders et par leurs pratiques favorisent le travail non déclaré et du même coup sont responsables de la situation financière de la France.

Qui parle d’assistanat ? Qui sont les assistés ?
Les assistés « les personnes démunies et victimes » sont-elles secourus ou indemnisées pour causes de préjudices subits ?

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?