Accueil > Mieux vaut en rire > Les anges gardiens (20)

Les gardiens sont pass√©s anges-gardiens ;p)

Les anges gardiens (20)

dimanche 28 mars 2004, par Mireille-Caroline

20

Zeig est pli√© de rire, St√©phanie pas m√©contente quand aux autres ils sont ravis. Ils vont pouvoir changer de sujet de conversation. Et √” miracle, les histoires d’amour aplanissent toutes les diff√©rences. Surtout si ce sont celles des voisins...

- Zeig : Bravo Mademoiselle Trochu, gr√Ęce √ vous, va y avoir de l’eau dans le gaz entre Eric et Juliette !
- Calv√®re : Le fait est que Juliette semblait tr√®s contrari√©e.
- Tadzi : Si Monsieur Son ne peut plus plaisanter avec les femmes, elle n’a qu’√ le mettre sous globe son amant. N’emp√™che que je ne vous croyez pas Omard quand vous disiez que tous les deux, ils faisaient crac-crac !
- St√©phanie Trochu Elle fera comme moi la Juliette, elle en prendra d’autres. On va pas se mettre la t√™te √ l’envers pour un mec !
- Aldaric : Toi ce serait plut√īt le cul que tu mets √ l’envers pour les mecs !
- St√©phanie : Qu’en sais-tu, je n’ai pas encore coucher avec toi ?
- Aldaric : Parle pas de malheur, je n’ai pas de prime de risques.
- Zeig : De toute fa√ßon Aldaric, c’est la m√®re Michu qui le branche bien !
- Aldaric, Exact, elle a du r√©pondant cette nana. Il y a aussi la petite Edelweiss, elle a l’air d’√™tre une fille s√©rieuse.
- Calv√®re : Ha vous aussi, vous avez une pr√©f√©rence pour les femmes s√©rieuses !
- Aldaric : Je n’ai pas envie de me ramasser des maladies.
- St√©phanie : Mais, messieurs, primo je ne suis absolument pas malade et secondo, les pr√©servatifs ne sont pas fait pour les chiens. Ca se saurait...
- Fabien  : T’aurais d√©j√ test√© ?
- St√©phanie : Quoi les pr√©s√©s ou les chiens ? Au lieu de dire des conneries, si tu as 5 minutes, tu montes chez moi ? J’ai retrouv√© le bouquin dont je te parlais.
- Fabien  : Ca roule, ma poule..
- St√©phanie : Salut tout le monde !

.....

- Aldaric : En plus elle se farcie des gauchistes ! Berck ! Elle n’a aucune moralit√© cette gonzesse ! D√©cid√©ment, je pr√©f√®re Juliette. C’est une vaginocrate haineuse, certes, mais c’est marrant de faire grimper au plafond des f√©ministes, apr√®s elles ne sont plus certaines de la supr√©matie des femmes.
- Tadzi : Aldaric, vous √™tes un sadique. Et pis madame Michu fr√©quente mon locataire.
- Aldaric : Ouais, mais votre minet, il reluque le cul de St√©phanie et la Juliette elle a pas l’air d’accord. Donc, si il y a une sc√®ne de m√©nage entre votre Eric et notre Juliette, j’ai toutes mes chances.
- Zeig : Ca c’est pas con !
- Calv√®re : Je dirais m√™me que c’est tr√®s bien penser. Vous √™tes un as de la strat√©gie, mon cher. D’autant que la m√®re Michu, elle les pr√©f√®re dans vos √Ęges que dans le mien ! Vous nous tenez au courant Aldaric ?
- Zeig : Pourquoi monsieur Calv√®re ? Vous nous tenez au courant vous, quand vous soulevez les jupes d’une femme ?
- Tadzi : Messieurs, je vous laisse, je vais rejoindre mon mari.

......


- Zeig : Y’en a qui se sentent coupable dans le coin.
- Aldaric : Coupable de quoi ?
- Zeig : D’avoir des fuites d’eau dans leur immeuble, hein monsieur Calv√®re.
- Calv√®re : Omard, vous ne changerez jamais. Je serais curieux de savoir si vous savez colmater des fuites d’eau. Sans doute votre charmante √©pouse pourrait nous renseigner ?
- Zeig : Monsieur Calv√®re, il y a assez de c√©libataire et de salopes dans le coin, ne vous avisez pas √ parler √ ma femme.
- Calv√®re : Je me le tiens pour dit. A plus tard !

Franck remonte chez lui par les escaliers, il trouve Nadia au second √©tage en train de balayer. Elle l’a entendu arriv√©, mais fait mine de rien. Il s’arr√™te juste derri√®re elle, lui soul√®ve la jupe, fait sa petite affaire rapidement comme d’habitude avec elle et continu son ascension sans lui avoir dit un mot !

<center<Pendant ce temps le cocu fanfaronne.

- Zeig : Il en menait pas large le vieux beau. Il sait qu’avec moi faut pas rigoler.
- Aldaric : Tu es s√ »r qu’il s’est tap√© la Tadzi ?
- Zeig : Un peu, ce mec c’est un pervers vicelard. Quant √ l’autre conne, elle se donne le grand frisson sans risques.
- Aldaric : Elle couche beaucoup la Tadzi ?
- Zeig : Ca je sais pas, mais elle a pass√© plus deux heures avec lui dans un couloir. Et il y a des voisins qui ont entendu des choses, ce jour l√  !
- Aldaric : Quoi ?
- Zeig : ¬« Je suis une femme s√©rieuse monsieur Calv√®re ¬ » Tu vois le genre. Tu vas pas me dire qu’apr√®s lui avoir √ßa, si elle ne s’√©tait pas fait enfiler, l’autre serait rest√© √ inspecter la fuite tout l’apr√®s-midi ?
- Aldaric : c’est vraiment toutes des salopes, les bonnes femmes. Allez je vais voir mes potes.
- Zeig : Bonne apr√®s-midi.

En chemin Aldaric, repense √ ce qu’il a vu dans l’escalier cette semaine. Il sait que Nadia se fait lutiner par Calv√®re, mais il n’ira pas le dire √ Omard. De toute fa√ßon c’est pas son probl√®me... Tout m√™me, m√™me quand elles sont un peu conne, faut qu’elles aillent voir ailleurs. Toutes des salopes !

***************

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion |†s’inscrire |†mot de passe oublié ?