Accueil > Mieux vaut en rire > Dans l’immeuble des anges - √©pisode 24

Dans l’immeuble des anges - √©pisode 24

samedi 3 avril 2004, par Mireille-Caroline

Aldaric : Tu fais quoi ici ?

Edelweiss : Je suis venue travailler pour six mois.
Aldaric : Tu es d’o√Ļ ?

Edelweiss : De Vevey.

Aldaric : Tu es Suisse comme moi, c’est un bon d√©but.
Edelweiss : Tu es d’o√Ļ toi ?

Aldaric : Lausanne.

Edelweiss : Pourquoi es-tu venu √©tudier en France ?

Aldaric : Des petits soucis avec un droitdelhommiste. Pour ne pas avoir des probl√®mes en famille, j’ai √©migr√©.

Edelweiss : C’√©tait lequel qui t’emmerdait ?

Aldaric : Un anti raciste qui confond les √©v√©nements et l’√©poque 39-45 avec aujourd’hui et l’agacement de voir des gens qui ne respectent pas nos coutume et nous crachent √ la gueule.

Edelweiss : Toi aussi, √ßa t’√©nerve ?

Aldaric : Dois-je comprendre que tu n’approuves pas les allog√®nes qui ne savent pas se tenir ?

Edelweiss : Tout √ fait. Tu veux une bi√®re ?

Aldaric : Avec plaisir.

Edelweiss : A la tienne !

Aldaric se sent plein d’attirance pour sa jolie compatriote qui en plus partage ses id√©es. Il lui saute dessus un peu brutalement et l’embrasse. Pas effarouch√©e Edelweiss se laisse faire de bonne gr√Ęce. Tout en l’embrassant Aldaric fait une perquisition de l’intimit√© de la Suissesse. La femme Suisse a une particularit√©, elle aime l’amour et les jeux du sexe. Donc Edelweiss fait quelques mignoneries √ Aldaric qui lui arrach√®rent un cri de jouissance..

Aux alentours de minuit, toutefois, elle lui signifie qu’il doit rentrer chez lui. Aldaric aux anges, l’embrasse profond√©ment une derni√®re fois et grimpe les escaliers quatre √ quatre. Ca ne le g√®ne pas d’attendre, au contraire.

...................

Arriv√© vers 20 heures chez Juliette, Eric n’est pas de tr√®s bonne humeur. La tournure qu’ont pris les r√©sultats des √©lections cantonales, le chiffonne. Juliette, elle n’a pas dig√©r√© les sourires qu’il a fait √ St√©phanie l’autre jour. D’ailleurs, ils n’ont pas dormis ensembles depuis.

Eric : Je trouve que tu es trop jalouse.

Juliette  : Ecoute, si tu veux coucher avec St√©phanie, je peux le comprendre. Mais ne me demande pas de l’admettre.

Eric : Mais, je n’ai aucune envie de St√©phanie, j’ai juste √©tais courtois, comme il se doit.

Juliette  : St√©phanie te reluque, elle ne r√™ve que de t’ajouter √ son tableau de chasse. Admettons que je manque de confiance en moi, cependant je reste persuad√©e qu’elle y parviendra. Parce que sa r√©putation de mangeuse d’hommes vous fait tous fantasmer. Vous r√™vez de savoir ce qu’elle peut bien faire comme cochonneries.

Eric : Tu es jalouse parce qu’elle es plus jeune que toi. Crois-moi, je pense que tu en connais plus sexuellement qu’elle.

Juliette  : Sur quoi te bases-tu pour √™tre si s√ »r ?

Eric : Sur nos relations, Juliette. Excuse-moi mais je suis bien plac√© pour savoir ce dont tu es capable en amour.

Juliette  : Qui te dis que St√©phanie ne fait pas des choses que je ne connais pas ?

Eric : J’ai parl√© avec Calv√®re qui a eu une aventure avec elle ! Elle est du genre √ se laisser entreprendre, plut√īt qu’√ entreprendre. L’inverse de toi.

Juliette  : Tu parles souvent avec les hommes de ce que nous les femmes vous faisons ?

Eric : Juste avec Franck Calv√®re. En dehors des femmes, nous avons d’autres id√©es en commun.

Juliette  : Lui as-tu racont√© ce qu’il se passe entre nous ?

Eric : Tu deviens aga√ßante Juliette. Changeons de conversation veux-tu !

Juliette  : Aimable mani√®re de ne pas r√©pondre ! je vais nous pr√©parer de quoi d√ģner. Tu prends un ap√©ro ?

Eric : Oui ! Arr√™te de faire la gueule, je n’ai pas couch√© avec St√©phanie, je te le promets. Et je n’en ai pas envie.

Juliette apporte un verre √ Eric et s’assoie pr√®s de lui sur le canap√©. Eric pose sa t√™te sur son √©paule et lui jette un regard doux et implorant. Juliette fond ! Il est trop mignon quand il la regarde avec ses yeux innocents. Elle ne tient plus, elle a trop envie de lui... Comme c’est une femme entreprenante, elle commence √ d√©v√™tir une certaine partie de son anatomie. Elle sait par cŇ“ur la faiblesse d’Eric. Elle en use et en abuse... De plus elle prend beaucoup de plaisir √ pratiquer ces ch√īses...

La suite √©tant interdite aux moins de 18 ans.. Nous retrouvons notre couple le lendemain √ 13 heures sortant de l’immeuble. S’ils ont envoy√© promener nos concierges, ce n’est pas parce qu’il y a de l’eau dans la gaz entre eux. Bien au contraire, Eric vient de passer une nuit formidable, Juliette √©tait d√©cha√ģn√©e. Quelle femme !

Quant √ Juliette, elle a toujours √©tait un peu ours sur les bords. Sachant que Franck Calv√®re a lutin√© la Tadzi et qu’il culbute r√©guli√®rement madame Zeig Omard, √ßa la gonfle d’√©couter les allusions des deux bignolles.

***********

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion |†s’inscrire |†mot de passe oublié ?