Accueil > HISTOIRE > Versions amusantes > Le Gay Slaire, le Guillaume, et la Fée Braguette

Le Gay Slaire, le Guillaume, et la Fée Braguette

par La Mère Teuil

lundi 24 octobre 2005, par Mireille-Caroline

F√©e Braguette √©tait l√ , √ se pr√©lasser devant un moderne √©cran de communication, un cadeau des f√©es des Ondes Maltaises. Quand elle tomba sur la TV Chocolat qui proposait un reportage sur Guillaume Tell. Elle suivi cela avec beaucoup d’int√©r√™t. Le h√©ros √©tait pas mal du tout ! Il √©tait question de savoir si Guillaume (Wilhem en zozomaltinhasbourgeois) Tell avait exist√© ou bien si c’√©tait une l√©gende ?

F√©e Braguette qui √©tait sp√©cialiste en mati√®re de beau mec, trouva que la statue en place d’Altdorf, lui montrait un superbe m√Ęle. Comme la Toussaint approchait, elle d√©cida de s’offrir un petit voyage dans le temps chez les Waldst√§tten en Zentralzozomaltineiz. But de cette promenade, rencontrer Guillaume une vraie l√©gende √ ce qu’on disait ! A f√©e hardie rien d’impossible.

Retour vers le passé

Elle prit un billet sur un vol facilebalai et en route pour une remont√©e dans le temps‚€¶ Arriv√©e √ Altdorf sans difficult√©s, elle d√©froissa sa jupe et partie faire du l√®che vitrine. Elle avait les mirettes qui clignotaient, rien que des grands balaises. Que des armoires √ glace, comme on ne pouvait en trouver qu’en haute montagne. Il faut dire que F√©e Braguette se promenait √ plus de 1600m d’altitude. ET fichtre que l’autre sexe √©tait attirant et bien b√Ętit par l√ haut !

La saison touristique battait son plein, nous √©tions d√©but juillet. Le ciel √©tait bleu azur (non c’est pas un pl√©onasme). Dans la ville r√©gnait cependant une agitation. Des murmures sourds de col√®re se faisaient entendre √ chaque coin de rue.

La ville recevait un type d√©test√©, un collabo des dragonhasbourgeois, le bailli Gay Slaire. Ce type n’avait pas la r√©putation d’√™tre un bon samaritain. C’√©tait un √™tre cruel, sadique et arriviste. Sachant que la population du canton d’Uri d√©sapprouvait la politique des dragonhasbourgeois, celui-ci avait invent√© un jeu idiot !

Il avait perch√© un grand, un immense bonnet sur un tilleul en ville et les passants devaient y faire un salut r√©v√©rencieux pour confirmer leur all√©geance √ un certain Rodolphe prince √©tranger, mais suzerain des uriets. C’est √ ce moment pr√©cis que le fameux Guillaume vint comme chaque jour en compagnie de son fils Walter faire ses courses au march√©.

La pomme

Heureux de vivre il sifflotait, disant bonjour aux uns et aux autres et passa sous le chapeau sans faire gaffe !

-  ARF ! Arthung ! Toi ! L√ -bas le gueux des rochers, approche ! Hurla le bailli Slaire.
-  Quoi ! Moi, wasistass ? R√©pondit M’sieur Tell
-  Warrum tu n’as pas salu√© le bonnet repr√©sentant ton ma√ģtre ? Tu ne veux pas lui √™tre fid√®le ?
-  Je ne sais pas, j’ai pas fait attention. C’est important ? T’as pas l’air gai dis-moi !
-  Te fous pas de ma g.., tout le monde le sait dans la ville qu’il faut saluer le chapeau ! Puisque tu as l’esprit enjou√©, tu vas appr√©cier l’amende que je vais te donner. Tu portes arbal√®te, tu vas tirer une fl√®che dans une pomme et tu devras la toucher au centre ;
-  Fastoche ! S’√©clata de rire Guillaume
-  La pomme va √™tre sur la t√™te de ton fils, mais comme tu dis fastoche !
-  Ecoute bailli, je veux bien tirer dans ta pomme, mais pas sur la t√™te de mon fils !
-  Tu fais moins ton fi√®re hein ! Tu te sens caqueux √ pr√©sent, allez ! Je suis bon prince, je peux te proposer de vous faire ex√©cuter tous les deux, si tu pr√©f√®res !
-  Ta mansu√©tude me touche, vas-y place ta pomme. Walter, fais confiance √ ton p√®re ! Guillaume sorti une fl√®che de son gilet, arma et fit mouche du premier coup !

Mais le bailli sournois, voyant qu’il y avait une seconde fl√®che dans le gilet, voulu imp√©rativement savoir √ quoi elle √©tait suppos√©e servir.
Guillaume lui expliqua :

-  Tu sais mon arbal√®te me sert pour la chasse. J’ai donc besoin de plusieurs fl√®ches pour tuer le gibier ! Sans compter que nos montagnes sont infest√©es d’ours qui parfois nous attaquent.
-  Un aussi bon tireur que toi, ne doit pas rater souvent sa cible‚€¶ Bon, j’ai une proposition √ te faire. Je t’emploie dans ma garde personnelle en tant que garde zozomaltin.
-  Certainement pas ! Je suis un paysan et j’ai une famille √ nourrir. J’aime trop mon village de B√ľrglen. J’y suis conseiller municipal.
-  Comment, tu oses refuser l’honneur qui t’√©choit ? Tu oses dire non √ un repr√©sentant de l’empire Dragonhasbourgeois ? Tu oses d√©sob√©ir ?
-  Je ne d√©sob√©is pas, je d√©cline cette offre charmante avec regrets crois-moi !

Quand les hommes font l’amour, ils ne font pas la guerre

Le Gay Slaire commen√ßait √ s’empourprer devant l’affront, quand F√©e Braguette d√©cida d’intervenir. Le Guillaume lui plaisait beaucoup, mais bon il √©tait mari√© et p√®re de famille. Et d’un autre c√īt√©, en d√©pit de son air rev√™che le bailli zozomaltin tra√ģtre, n’avait l’air pas mal mont√©. Il avait un tr√®s grand pif !!

Vous savez ce que l’on dit entre femmes, la taille du nez est repr√©sentative de la taille du ‚€¶.. bip !(interdit au moins de 18 ans)

Donc Braguette sortie sa baguette magique et d’un coup d√©tourna l’attention du bailli. Le mouvement n’avait √©chapp√© √ personne ! Gay Slaire se mit √ contempler cette merveille ! Il √©tait souriant et en final il se r√©v√©lait √™tre tout √ fait s√©duisant.

-  Ch√®re damoiselle, vous n’√™tes pas d’ici ?
-  Pas vraiment ! R√©pondit la f√©e.
-  Depuis combien de temps √™tes-vous dans le pays ?
-  Depuis assez de temps pour vous voir faire votre important !
-  Dites-moi jeune fille, je vous trouve bien arrogante ! Savez-vous que toute personne arrivant en Zentralzozomaltineiz, doit se d√©clarer au bourgmestre ou √ d√©faut √ un haut personnage du canton ?
-  Heu ! Ce haut personnage pourrait √™tre vous, par exemple ! F√©e Braguette √©clata d’un rire franc, malicieux et mielleux.
-  Vous ne manquez pas d’aplomb. Oui, je puis √™tre ce personnage, bougresse.
-  Super, et vos bureaux, ils sont o√Ļ ?
-  A l’h√ītel du Syndic d’ Altdorf, suivez-moi imm√©diatement, f√©niaule* !

F√©e Braguette embo√ģta le pas au bailli Gay Slaire de K√ľssnacht, avec des arri√®res pens√©es. Ils p√©n√©tr√®rent dans une grosse b√Ętisse carr√©e, et mont√®rent √ l’√©tage. Le lieu √©tait vide. A peine entr√©s dans la pi√®ce le bailli ferma la porte et poussa le loquet ! La f√©e √©tait rest√©e debout au centre de la pi√®ce. Elle d√©cida de s’amuser de Gay !

-  vous avez peur que je m’envole que vous fermez cette porte √ double tour ?
-  Fais pas de fla-fla avec moi. Si tu veux avoir un sauve conduit pour rester dans la r√©gion, tu vas trousser tes guenilles et fais pas ta bobette ! D√©p√™che toi, montre moi ton barboutzet !
-  H√© ! ho ! y’a pas le feu au lac. J’ai pas l’habitude de bousculer les choses dans ce domaine.
-  Tu m’as l’air d’√™tre une sacr√©e d√©lur√©e‚€¶

L√ -dessus il sortit son chibre et souleva les chiffes de la f√©e. Le nez du bailli n’avait pas menti, il √©tait fort bien calibrer et de bonnes mesures. F√©e Braguette en fut satisfaite et comme elle √©tait tr√®s gourmande, elle en redemanda.

Ne laissant pas √ Gay le temps de remballer la marchandise, elle s’appliqua dans une mignardise dont elle avait le secret ! Notre sanguinaire bailli, perdit les p√©dales et se laissa faire. Apr√®s les bons soins que lui prodigua F√©e Braguette, il n’√©tait plus m√©chant du tout, pour un peu il aurait cr√©√© une association des droits de l’homme, si l’id√©e avait pu exister au XIII√®me si√®cle !

Pendant que madame la f√©e usait et abusait du bailli, les habitants d’Altdorf et des environs go√ »taient le plaisir d’une paix royale. Ils en profit√®rent pour prendre rendez-vous au Gr√ľtli pour le 1er ao√ »t. Tell, lui ruminait sa vengeance. Cette esp√®ce de gros connard l’avait oblig√© √ mettre son fils en joue. Ceci √©tait intol√©rable, inadmissible. Ha ! Il allait voir ce soir !

En effet, Guillaume projetait de se mettre en embuscade sur le chemin qui menait au ch√Ęteau de Gay Slaire.

Epilogue légendaire

Mais l’intervention de F√©e Braguette changea un peu la donne ! Car apr√®s lui avoir d√©livr√© le droit de circuler en Zozomaltine, le bailli d√©cida de lui faire voir le pays. Comme il faisait bien la chose, F√©e Braguette accepta. Du coup on ne revit plus jamais le bailli Gay Slaire.

Proverbe Zozomaltin : ¬« Chez nous les ca√Įons ne deviennent pas vieux, se sont les vieux qui deviennent cochons¬ »

Bien qu’il ait √©t√© impopulaire, les gens de la r√©gion du lac des Quatre cantons ne connaissaient pas son nom‚€¶ Aussi, ils racont√®rent longtemps le soir au coin de l’√Ętre, l’histoire de la pomme et du m√©chant bailli vendu √ une puissance √©trang√®re, mais sans lui donner de nom.
Pour les premiers Conf√©d√©r√©s le nom de ce collabo n’avait aucune importance, tous les baillis √©taient impopulaires √ cette √©poque √©loign√©e !

C’√©tait il y a 700 ans‚€¶ Aussi, cent ans plus tard quand un zozomaltin voulu coucher l’histoire par √©crit, alors qu’elle se contait oralement jusque l√  ! Il d√ » inventer un nom pour le patronyme du bailli. Comme dans la r√©gion vivait une famille du nom de Gessler, cela lui paru satisfaisant √ l’oreille, et c’est ainsi que la famille Gessler entra dans l’histoire sans avoir jamais rien fait d’extraordinaire.

Entra dans l’histoire et dans la l√©gende, car certains f√Ęcheux qui se prennent pour des scientifiques intellos, persistent √ dire que Guillaume Tell n’a jamais exist√© ! Comme on dit au pays Wadtois :

¬« Le plus dur c’est de caquer avec de bonnes odeurs de jeune cadre dynamique ¬ »


- Ca√Įon : cochon
- Bobette : sotte
- F√©niaule ou f√©gniole : femme pas finaude
- Barboutzet : sexe f√©minin tr√®s poilu
- Caqueux : merdeux

Sources : chocolat.TV pour Guillaume Tell et sa r√©gion.

Quelques rares sites parlant du héros légendaire et de sa ville natale.

La Mère Teuil

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion |†s’inscrire |†mot de passe oublié ?