Accueil > MEDIAS > Enquête au cur des Webradios

Enquête au cur des Webradios

jeudi 7 avril 2005, par Mireille-Caroline

Elles d√©ferlent sur le Net ! Si certaines tiennent le cap, beaucoup abandonnent. Cr√©er sa propre Webradio devient presque un jeu d’enfant, les packs sont √ un prix d√©risoire. Mais cette apparente facilit√© masque bien des difficult√©s que l’internaute n’imagine pas. L’internaute surf depuis pas mal d’ann√©es. Il a son site perso depuis presque aussi longtemps. Il y met ses textes, images et photos. Il s’est familiaris√© avec les balises HTML les plus utiles. Puis aujourd’hui il peut aussi mettre des liens audios et m√™me vid√©o aussi facilement que des fichiers JPEG ou GIF. Alors, quand il voit sur un site ¬« Cr√©ez votre radio ¬ » pourquoi ne serait-il pas tent√© ?

Depuis janvier 2005 d’apr√®s le site M√©diam√©trie la France compte 24,14 millions d’internautes de plus de 11 ans. Le troisi√®me √Ęge n’est pas le dernier √ √™tre s√©duit par la technologie num√©rique. Si la majorit√©, des utilisateurs, a entre 15/34 ans, Les 35 /et + sont 40,19% d’apr√®s une moyenne effectu√©e √ partir d’une m√©ga enqu√™te de Weborama r√©alis√©e aupr√®s de moteurs de recherches, fournisseurs d’acc√®s et MSN.

Toute cette population cybernaute est donc une client√®le potentielle pour les sites interactifs. Si MSN est sans doute un des plus fr√©quent√©s, d’autres sites proposent de la convivialit√© virtuelle autour de passions et de points commun.
D√®s le d√©but des ann√©es 2000 les WEB-TV l’avaient pressenties, mais ces derni√®res n’avaient pas les outils actuels. Jean-Claude Bourret le soulignait lors d’une interview donn√©e au magazine LOFTV.com, 02/04/2001. La bande passante √©tait vite satur√©e et l’ADSL commen√ßait √ peine √ faire son apparition.

N√©anmoins un autre √©cueil attendait les web-tv. Si toutes avaient le mot interactivit√© √ la bouche, aucune ne s’√©tait r√©ellement demand√©e ce que l’internaute entendait par interactif ? R√©sultat les habitu√©s fr√©quentaient plus les forums que les programmes. Cela a co√ »t√© une fortune √ la plupart et la majorit√© des web-tv ont d√ » fermer. Aujourd’hui si certaines web-tv sont encore l√ c’est gr√Ęce aux services annexes propos√©s aux internautes (sonneries pour portables, logos, fonds d’√©cran, etc.)

De leur c√īt√© les webradios avaient aussi entrepris l’aventure et aujourd’hui certaines sont encore sur la toile. Etant parvenues √ surmonter les obstacles, elles ont b√©n√©fici√© de l’explosion du haut d√©bit ! Cependant beaucoup sont venues dans le paysage virtuel √ partir de 2003/2004.

Justement qu’en est-il des web-radios ? Combien sont-elles ? Quelle est leur dur√©e de vie ? Pourquoi vouloir monter absolument une radio sur le Net, alors qu’il est si simple d’√©couter des liens audios ? Que peuvent proposer les webradios aux auditeurs fid√®les et potentiels ? Comment pensent-elles la fid√©lisation de ces derniers ? Quel public visent-elles ?
Cette enqu√™te commenc√©e d√©but mars nous a permis d’y voir un peu plus clair dans le monde de la radio num√©rique et associative fran√ßaise.
Ils ont √©t√© nombreux √ r√©pondre et il y a m√™me, une radio web, du type soci√©t√© civile, qui a tenu d’elle-m√™me √ apporter son t√©moignage !

Nous n’avons pas toutes les r√©ponses √ notre questionnement. Le nombre de radios d’abord reste inconnu. La dur√©e de vie est variable. Vu la facilit√© avec laquelle tout internaute peut avec un bon logiciel cr√©er sa propre radio, ce type de site se multiplie. Un exemple ¬« L’√©cho du village ¬ » propose un pack radio pour 7,20‚‚¨/mois HT. Cependant, les contraintes financi√®res et juridiques ont tr√®s vite raison de la toquade de l’√©tudiant qui fait son mixage dans sa chambre.

Au bas mot et au minimum nous dit Basile de Radio P√Ęt√© : ¬« une webradio revient √ environ 3000‚‚¨ par an, Cette somme comprend : l’√©lectricit√© car l’ordinateur doit rester ouvert 24/24 heures, la taxe √ la SACEM et autres organismes d√©fendant les droits d’auteurs et la propri√©t√© intellectuelle des artistes, le streaming qui se paie au nombre d’auditeurs en ligne et par jour, l’h√©bergeur du site.. ¬ »

Pour Radio PSYLONE : ¬« Cette somme peut s’√©lever jusqu’√ 5000‚‚¨ dans le cas d’une location de serveur pour une diffusion s√©curis√©e et le mat√©riel qu’il faut actualiser ou r√©parer. ¬ » On comprend vite que la dur√©e dans le temps ne concerne que les cr√©ateurs de webradios anim√©s par une r√©elle motivation et une passion

Ces passionn√©s optent en g√©n√©ral pour le passage au mode associatif avec une cotisation r√©gl√©e par les adh√©rents de la radio. La question portant sur le nombre de candidats √ l’abonnement n’a pas √©t√© pos√©e aux Pr√©sidents de radios, mais aux auditeurs.

La majorit√© d’entres eux disent que la cotise ne les concerne pas du fait qu’ils zappent d’un site √ l’autre. L’auditeur moyen avoue d’ailleurs qu’il est infid√®le par nature et que c’est pour cette raison qu’il est sur le Net. Il se refuse √ √™tre encha√ģn√© √ un site en particulier. R√©sultat, d’apr√®s leurs t√©moignages, les internautes ne se sentent pas l’√Ęme de sponsor !

Alors comment les radios font-elles pour ne pas investir √ fonds perdus ? Elles n’ont pas droit √ la publicit√© sur les m√©dias du fait de leur statut associatif. Mais, en tant que site Internet, elles peuvent mettre des bandeaux publicitaires et faire des partenariats. Certaines demandent √ leurs animateurs de financer leurs propres √©missions. Au bout du compte, le Pr√©sident et cr√©ateur de la radio finance au moins √ hauteur de 50% sur ses deniers personnels les charges fixes quand ce n’est pas plus.

On peut donc dire que faire de la radio sur le Net est un hobby on√©reux, comme le mod√©lisme, le pinball, ou les trains miniatures !

Ils sont passionn√©s on ne peut en douter, ils sont √©galement internautes et le r√©flexe audience du site est le leur, comme celui de tout propri√©taire de site virtuel : Combien de pages lues ? Comment faire pour attirer du monde sur le site ?

Pour eux le challenge est double, la popularit√© et la fid√©lisation sont indissociables. Aussi, la plupart pensent-ils leur programmation en terme de besoin de l’internaute et du public vis√©.

Les r√©cents sondages de M√©diam√©trie ont d√©montr√© que la musique s’il elle n’adoucie pas les mŇ“urs reste l’objectif des jeunes entre -15 et 35 ans sur le Net. C’est pourquoi les webradios passent des playlists (listes de musique diffus√©es en continue) ce qu’appelle p√©jorativement le patron d’une radio non-asociative : ¬« Une pompe √ musique ¬ » Radio SURF nous donne son point de vue sur la musique non-stop : ¬« Oui pour nous en tout cas‚€¶ la musique doit avoir une large place sur ce type de m√©dia ! Si c’est pour entendre jacasser √ longueur de journ√©e‚€¶ ¬ » Point de vue discut√© par les autres radios qui elles proposent des √©missions avec du contenu ou des jeux interactifs √ l’antenne et la participation des auditeurs sur le chat.

Qui sont donc les auditeurs ? D’apr√®s la question ¬« quel est l’√Ęge moyen de l’auditeur ? ¬ » La r√©ponse est de -15 ans √ 45 ans en g√©n√©ral. Cette tranche d’√Ęge varie selon l’√Ęge des animateurs eux-m√™mes, elle peut se r√©v√©ler beaucoup plus jeune √ savoir entre 13 et 25 ans.

Ce m√©dia a-t-il un avenir ? Au nombre d’internautes abonn√©s au monde virtuel, on pense effectivement qu’il y a un avenir. D’ailleurs tous sont d’accord avec ce commentaire du Pr√©sident de la Grosse Radio : ¬« Le minimum quand on cr√©e quelque chose est d’y croire ! Si nous n’√©tions pas persuad√©s qu’il y a un avenir pour ce mode de diffusion on n’y passerait s√ »rement pas autant de temps ! Alors oui nous y croyons, mais nous sommes lucides sur le fait que les obstacles seront nombreux √ franchir, et les gros m√©dias ne vont certainement pas nous laisser leur prendre des parts du g√Ęteau sans tenter de nous b√Ęillonner‚€¶

Le mot est l√Ęch√© ! Les gros m√©dias pensent √©galement que l’avenir de la Radio num√©rique est d’actualit√© et aujourd’hui les stations FM √©mettent toutes sur la toile. Les pionniers s’√©taient lanc√©s dans l’aventure vers la fin des ann√©es 1990.

Le Net offre la possibilit√© aux utilisateurs de se sentir entendu et √©cout√©. Toutes les radios FM ont aujourd’hui un site. La station SKYROCK ne d√©mentira pas son succ√®s gr√Ęce √ son site. Le classement de CybereStat (sur M√©diam√©trie) de f√©vrier la place en premi√®re position du TOP 50 des sites commerciaux les plus visit√©s, avec 50 096 482 visites. N√©anmoins la dur√©e moyenne de la visite s’√©l√®ve √ 21,23 minutes. Ce qui d√©montre l’aspect globe trotter de l’internaute.

Cette popularit√© s’explique par le fait que SKYROCK propose une tr√®s large gamme de services interactifs, entre autres : ¬« la possibilit√© d’avoir son skyblog ¬ » et √ßa fonctionne : ¬« 1 706 431 Skyblogs - 66 251 471 Articles - 87 465 177 Commentaires ¬ » Cela explique tr√®s s√©rieusement le nombre de visites. Ce n’est pas pour l’√©coute de la radio en elle-m√™me !

Face √ ce mastodonte de la FM et ses excellents r√©sultats sur le NET, comment les webradios associatives peuvent-elles se battre et sortir la t√™te du panier ?

Une id√©e fait son chemin le Pr√©sident de WebRadios-News et fr√©quence-webradios (site annuaire des webradios) la partage et la soutient :¬« Les webradios doivent se regrouper dans une entente cordiale et professionnelle, elles doivent cr√©er une f√©d√©ration et parler d’une m√™me voix.¬ » Cependant, si l’entente est cordiale en g√©n√©ral entre webradios, le c√īt√© artistique et passionn√© reste un handicape, certain on peur d’y perdre leur identit√© propre et/ou m√©fiant comme ADRE-Radio : ¬« Les petites webradios doivent aussi avoir leur mot √ dire dans une f√©d√©ration. ¬ »

A quand la premi√®re inter r√©union des webradios ? La r√©ponse se situe dans le futur. Mais il est certain qu’une association ou f√©d√©ration pour les webradios passionn√©es se fera. Il ne peut en √™tre autrement. Les amateurs, ceux qui ont les moyens de s’offrir un passe-temps, n’y adh√©reront certainement pas. Eux ce serait plut√īt un club des webradiophonsistes qui leur conviendrait, comme un club de tennis ! Quant aux stations FM, elles ont les moyens financiers de proposer tout un tas d’amusements sur leur site, des h√©bergements, des mails gratuits, etc‚€¶

L’internaute, lui, il court toujours apr√®s ce qu’il cherche depuis qu’il pianote sur son clavier, une certaine reconnaissance ! Il est donc √ la recherche de la m√™me chose que les webradios. Seulement, lorsque l’on ressent un besoin identique √ l’autre, peut-on se porter secours mutuellement ?

Imaginons, une webradio attend des auditeurs, elle aspire donc √ √™tre √©cout√©e par beaucoup. Le webauditeur est atteint du mal du si√®cle, il souffre de l’indiff√©rence du monde qui l’entoure, sur Internet il vient √ la qu√™te de cette reconnaissance qui lui manque. Pour lui une webradio cela n’a rien √ voir avec une station FM, c’est d’abord un site interactif. Il croit volontiers qu’un jour on lui passera le micro ! Il est pr√™t pour cela √ participer √ la vie du site. Oui, mais voil√ ses objectifs et ceux des webradios sont diff√©rents... Comme ils l’√©taient pour les Web-tv ! Peu d’internautes de base ont pu proposer des programmes √ passer en vid√©o.

Donc, ce que les webradios doivent garder √ l’esprit c’est ¬« ce que vient chercher le surfeur sur le NET. ¬ » L’individu lambda a aim√© passer √ la t√©l√©, il aime donner son t√©moignage √ la radio, les grandes stations FM comme RMC, EUROPE2, RTL l’ont compris. Le programme musical chez eux est plus que r√©duit. Ils donnent la parole aux auditeurs ! De cette fa√ßon, au lieu de faire une pause musicale pour se reposer, ils font une pause auditeurs. Certains animateurs laissent les auditeurs dialoguer avec les invit√©s du plateau et interviennent ici ou l√  ! D’autres comme OUI FM qui ont conserv√© un programme musical, ont des √©missions qui sont de v√©ritables shows audio, comme celle de Johann Roques avec l’incontournable Didier Porte et Gu√©rilla l’√©mission o√Ļ ce sont les auditeurs qui interviewent les invit√©s‚€¶

A l’issue de cette enqu√™te, l’internaute doit-il se laisser tenter par la cr√©ation de sa propre webradio ? Oui, √ condition qu’il ait un h√©bergeur qui lui fournisse un espace disque suffisamment grand. Les fichiers audios m√™me parl√©s et en MP3 prennent beaucoup de place. Mais pour ce qui est de la musique, attention aux lois ! Il peut n√©anmoins mettre ses Ň“uvres musicales personnelles.

Remerciements aux radios qui m’ont apport√© leurs t√©moignages et nous ont permis de comprendre que l’aventure radio est passionnante, mais demande beaucoup de temps personnel et de moyens financiers sur Internet :

- WebRadio News
- La Grosse Radio
- Radio P√Ęt√© et toute son √©quipe hyper dynamique
- Radio SURF
- Radio ADRElanine
- Radio PSYLONE
- Radio BASIC Suisse
- GENERADIO devenue depuis peu G-RADIO
- LEWEBDALEX.NET Belgique
- Radio BLAGON
- Radio IDFM (radio associative anciennement radio Enghein)
- DBC

Mireille-Caroline De Ambroggi


Pour laisser vos comentaire
ICI

LES WEBRADIOS qui ont particip

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion |†s’inscrire |†mot de passe oublié ?