Accueil > Amour > Amour libre > Je l’ai tromp√© dois-je lui dire ?

Je l’ai tromp√© dois-je lui dire ?

mercredi 1er décembre 2004, par Mireille-Caroline

¬« Feydeau ton ombre plane sur ce sujet. ¬ » Depuis ses pi√®ces nous le savons officiellement les femmes trompent leurs maris, leurs amants, leurs compagnons et leurs copains. Quel que soit le motif, dans la plupart des cas, elles se taisent. Elles vont jusqu’√ nier farouchement lors d’interrogatoires muscl√©s, men√©s par celui qui se croit l’homme de leur vie. D’autres plus fragilis√©es par leurs hormones, finissent par avouer de guerre lasse. Pendant que les plus malines cherchant un pr√©texte pour liquider ¬« Bibiche ¬ » lui balance : ¬« Toi et moi c’est fini, de toute fa√ßon je t’ai tromp√© ! ¬« Reste, les irr√©ductibles de la v√©rit√© √ tout prix. Celles qui droites comme des ¬« I ¬ » se refusent √ vivre dans le mensonge et se posent la question : ¬« Je l’ai tromp√© dois-je lui dire ? ¬ »

C√īt√© homme

Ces messieurs, hormis les jaloux maladifs et les masochistes, ils pr√©f√®rent un pieux mensonge √ une horrible v√©rit√©. S’entendre dire que l’on a √©t√© tromp√©, √ßa √©branle les certitudes.
Alexandre n’a pas encore 30 ans et a d√©j√ √©t√© tromp√©, il l’a appris par hasard. Il nous confirme que de toute fa√ßon, il vaut mieux qu’elles ne disent rien. M√™me les vieilles histoires : ¬« Car apr√®s cela d√©truit quelque chose, l’histoire n’est plus possible. ¬ »

Pour Georges qui a sans doute des id√©es h√©rit√©es de sa g√©n√©ration ! Il nous d√©clare : ¬« Si ce fut une erreur passag√®re sous l’emprise de boissons alcoolis√©es ou d’herbe prohib√©e que l’homme de votre vie est votre grand amour et l’√©paule qui vous seconde. Alors non ! Taisez-vous. Vous allez le faire souffrir. Le remord aidant vous aimerez encore plus, votre homme. Ou alors, c’√©tait un beau mec, voir un phantasme inassouvi. Vous √™tes fautives, car vous n’avez pas volontairement ma√ģtris√© vos pulsions. A 53 printemps, j’estime que la femme qui partage mes jours et mes nuits √ droit √ mon respect et ma fid√©lit√© parce qu’elle a su √©carter de son chemin les aventures d’un soir. Je vais √™tre un tantinet vulgaire, mais le post√©rieur est principalement fait pour s’asseoir. ¬ »

Par contre, ils veulent bien √™tre tenus inform√©s quand leur ¬« Douce ¬ » se fait draguer. Dans l’inconscient collectif de la gente masculine, la femelle reste leur territoire. Un vieux r√©flexe qui leur vient de l’√©poque pr√©historique. D√®s qu’un m√Ęle s’approche de leur propri√©t√©, ils se sentent oblig√©s de faire sus √ l’envahisseur, d√©fendant pied √ pied leurs positions. Et pour montrer sa belle voix, il fait le PAON pour la belle. La m√™me qui hier encore faisait partie des meubles, devient subitement l’unique objet de son attention, de son amour et touti quanti. Tant que madame n’a pas flirt√©, c’est √ dire n’a pas mis la langue, l’honneur est sauf.

Comme le souligne No√©mie : ¬« Pour eux nous sommes asexu√©s ! ¬ »

C√īt√© femme

C’est l’homme de votre vie, c’est s√ »r. Et pourtant, vous ne pouvez vous l’expliquer, vous l’avez doubl√©. Le remord vous tenaille. Vous √™tes tiraill√©e entre deux solutions : ¬« J’avoue ou je ne dis rien ? ¬ »

Si vous ne revoyez pas votre aventure, le coup de canif dans le contrat n’a aucune importance. Reprenez le cours normal de vos activit√©s.

Pour Christine ses histoires d’amour ne regardaient pas son mari. Une fois cependant, elle lui en a parl√© : ¬« cette histoire √©tait importante pour moi. ¬ » Depuis qu’elle vit enfin seule, elle a de nombreuses relations suivies et ne dit rien √ aucun de ses amants. Elle nous avoue : ¬« Ils se doutent qu’ils ne sont pas les seuls, mais ne me posent aucune question. De toute mani√®re c’est ma vie personnelle, √ßa ne les regarde pas. ¬ »

Nelly a une position identique : ¬« Je ne disais rien √ mes maris pour avoir la paix. ¬ » Comme Christine aujourd’hui, elle a opt√© pour la vie de c√©libataire. Elle ne reste pas solitaire pour autant. En revanche sa politique a chang√©, elle le dit dans certaines conditions : ¬« C’est au moment des c√Ęlins, ils ne peuvent s’emp√™cher de me demander si je suis fid√®le ? ¬ » Tr√®s franche et rieuse, elle leur r√©torque : ¬« Bien s√ »r que je t’ai tromp√©. ¬ » Elle √©clate de rire et ajoute : ¬« Ils ne me croient jamais ! C’est pas de ma faute. ¬ »

Il y a un moment que votre relation avec lui s’√©ternise. Vous ne ressentez plus les frissons des premiers baisers. Vous avez m√™me le sentiment que vous deux, ce n’est pas pour la vie. Comme dit le proverbe : ¬« Faute de grive on se contente de merle. ¬ » Seulement √ force de manger du merle √ tous les repas, vous avez envie de changer de cantine. C’est ce qui vous est arriv√©, vous avez c√©d√© √ un quatre heures. Lui dire peu clarifier la situation. Vous amener √ mettre un terme √ une histoire qui de ressemble plus √ rien. Si la peur de vivre seule est plus grande que l’ennui √ deux. Taisez-vous jusqu’√ ce que vous trouviez une grive ? Ou une autre √Ęme charitable pour vous h√©berger.

L’accident de parcourt

Soyons claires, la chair est faible et la vie monotone. Si vous avez craqu√© un jour de d√©prime pour un autre. N’en faites pas une affaire d’√©tat. Ca arrive √ tout le monde. Alors, n’allez pas fiche par terre l’√©quilibre de votre couple, qui en d√©finitive vous donne satisfaction.
Nous vivons une √©poque ou le tout honn√™te est √ l’honneur. A t-on recens√© les ravages de la v√©rit√© √ tout prix ? Les hommes nous l’avons vu pr√©f√®rent ne pas savoir, il y a ceux que cela stimule, mais il y a ceux que cela d√©truit. Donc, avant de vous proclamer la Reine de la franchise et de tout lui d√©baller. Sonder votre compagnon. A t-il envie de savoir ? Recevra t-il votre r√©v√©lation comme une preuve de respect et d’amour ? Certaines supportent si mal leur incartade, qu’elles justifient leurs aveux par le fait que respecter l’autre, c’est tout lui dire. A ce compte l√ , le mieux serait de lui demander la permission de le tromper..

En final, les femmes et les hommes sont d’accord, il ne faut pas le dire. Jean-Pierre va m√™me jusqu’√ dire : ¬« C’est trop facile de tout dire, c’est se d√©barrasser du remord. Apr√®s c’est l’autre qui a un probl√®me et la personne qui a faut√© se sent l√©g√®re, c’est valable pour les hommes comme pour les femmes. ¬ »

Compl√©ment :

Une question que l’on peut se poser, les femmes seraient-elles devenues plus tubulentes ou exigeantes que les hommes ?
Actuellement selon le Dr Desvaux qui r√©pondait √ une interview de doctissimo.fr : ¬« Il existe une diff√©rence de comportement entre les hommes et les femmes.

Selon les sondages 8 √ 10% des femmes seraient infid√®les contre 20 √ 25% des hommes. ¬ »

Les sondages ne portent que sur les couples mariés.

70% des divorces seraient prononc√©s pour cause d’aldult√®re. Dans la r√©alit√©, il en va autrement. Il y a de plus en plus de c√©libatantes. Et si ces derni√®res ont un petit-ami fixe, beaucoup se laissent tenter par un caprice d’un jour ou de quelques semaines. Sans pour autant remettre en question leur relation durable. Ce qui laisse supposer qu’une personne sur deux serait infid√®le.
C’est ce que le Dr Desvaux nomme : ¬« un comportement un peu plus masculin. ¬ »

A t-il raison ? Si l’on parcourt la litt√©rature, on trouve beaucoup de cas d’infid√©lit√©s avou√©s ou ni√©s. Emma Bovary, de Gustave Flaubert, fini par se suicider pour dettes et non pour infid√©lit√©.

Autre personnage f√©minin sulfureux, la Marquise de Merteuil, c√©l√®bre h√©ro√Įne ¬« des Liaisons dangereuses ¬ » Elle trompe ouvertement son amant et le lui √©crit. Point de honte, √ tel point qu’elle pousse la jeune C√©cile de Volanges √ tromper Monsieur Danceny avec le Vicomte de Valmont. Ce qui permettra √ la Marquise de d√©niaiser le jeune Danceny.
Il faut attendre le 20√®me si√®cle pour lire des romans de femmes libres. Colette ne se g√®ne pas pour tromper Willy avec des femmes, c’√©tait les ann√©es folles.. Puis √ l’√Ęge de 47 ans, arriv√©e √ son second mariage, elle a une liaison avec son beau-fils de 16 ans, qu’elle appellera dans ses romans ¬« Ch√©ri ¬ »
Il y a aussi Simone de Beauvoir et Marguerite Duras prix Goncourt pour son roman ¬« l’Amant ¬ »

Mireille-Caroline De Ambroggi le 05/09/2002

NB : Article paru en octobre 2002 en kiosque dans le f√©minin ToiMagazine. Mensuel aujourd’hui disparu !

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion |†s’inscrire |†mot de passe oublié ?