Accueil > POLITIQUE foutage de gueule > La Loi travail avant le Sénat

La Loi travail avant le Sénat

Cela se durcit

jeudi 26 mai 2016, par Mireille-Caroline

La loi travail fait beaucoup parler √ tort et √ travers. Nous avons entendu M. Valls, nous avons entendu le directeur de l’industrie chimique sur BFM, nous avons entendu les invit√©s de l’√©mission c’est dans l’air sur France 5 le 25 mai dernier et aussi quelques quidams dans les infos.. Si beaucoup de critiques et d’analyses √ connotations n√©gatives ont √©t√© √©mises ont attend encore d’entendre des propos impartiaux.

Monsieur Valls : ¬« Ce n’est pas la CGT qui gouverne ! ¬ » Dommage qu’il n’est pas fait la m√™me r√©flexion aux grands dirigeants qui menacent de d√©localiser si on les emp√™chent de percevoir des salaires ind√©cents (plusieurs millions).

Le directeur de l’industrie chimique : lui parle de prise d’otages ! La CGT et les syndicats qui tirent la sonnette d’alarme ont pr√©venus avant de passer √ l’action, tout comme les grands dirigeants qui refusent de ne pas s’augmenter. O√Ļ est la prise d’otages ?

Les invit√©s de l’√©mission ¬« C’est dans l’air ¬ » du 25/06/2016 : Voient un organisme syndical qui refuse de changer pour faire face √ l’√©conomie de mondialisation. A la base qui a voulu la mondialisation ?

Les √©conomistes, syndicats de dirigeants ou la CGT ?

Faut arrêter de prendre le petit peuple pour des béni oui-oui.
Ceux qui poss√®dent de grosses fortunes dirigent tout : l’√©conomie, les politiciens et les banques.
Ceux qui bouclent √ peine les fins de mois ou ceux qui ont pas assez la mondialisation de l’√©conomie ils s’en fichent. Et ils ont raison…. A chacun ses priorit√©s. C’est leur projet pas le notre. Et ils ne nous ont jamais demand√© si nous le voulions.

Le malaise fran√ßais tient au fait qu’il y a deux France et elles ne parlent pas la m√™me langue.

Un exemple les cotisations sociales comme on les appelle quand on est salari√© change de nom d√®s que l’on est un chef d’entreprise (m√™me auto entrepreneur) , journaliste et pr√©sentateur TV cela s’appelle des charges sociales.

Tous les gouvernements se casseront le nez tant que nous ne nommerons pas les m√™mes choses de la m√™me mani√®re.… Le patronn√Ęt fran√ßais √ l’esprit petit baronnet, chef de fief, voir pire. Il n’entend pas que l’on conteste ses d√©cisions. Il veut r√©gner en ma√ģtre sur ses serfs.
Mais les serfs en ont assez de se taper la cloche.