Accueil > Psychologie > SALOME - CYRULNIK

SALOME - CYRULNIK

Reliance et résilience

mardi 21 septembre 2004, par Mireille-Caroline

Deux hommes célèbres de la même génération. Deux enfances blessées par la vie. Deux réussites par des approches différentes. Deux conclusions différentes.

Jacques Salomé se décrit comme un infirme de la communication. Pour lui on n’enseigne jamais mieux aux autres que ce que l’on maîtrise le moins. C’est vers sa trente cinquième année qu’il s’est senti devenir adulte. Le jour où il a su dire NON !
De formation comptable, il s’est ré-orienté vers la communication. A son actif conférences, formations et un grand nombre de livres sur le sujet. Il est l’auteur, entre autre de : « Le TU TUE » Ses blessures de l’enfance, il se les explique par le biais de la psychogénéalogie ou reliance. Issu d’un milieu plus que défavorisé, de la pauvreté qui a marqué le début de sa vie, il n’en garde aucune amertume, au contraire. Il dit en avoir acquis le sens du combat, de l’affirmation, le goût de la confrontation et avoir appris que rien n’ai jamais acquis et que rien ne tombera du ciel. Tout ce que l’on désire voir se réaliser, c’est par soi qu’on l’obtient et non des autres.

Arrivé à soixante sept ans, les grands traumatismes de sa jeunesse sont toujours présents dans sa tête. Il n’y pense pas systématiquement, ni tous les jours, néanmoins il déclare dans le livre interview du même titre : « Je mourrai avec » A son avis, les blessures reçues dans l’enfance ne guérissent jamais, elles s’apaisent, mais elles restent toujours prêtes à s’enflammer. Par ailleurs, il ne dit pas que son choix de carrière ait été altruiste. Il avoue avoir su et pu gagner de l’argent en aidant les autres. Aujourd’hui il se consacre à l’écriture de nouvelles.

Boris Cyrulnik, orphelin à cause de la guerre, très tôt il s’intéresse aux singes. Il devient éthologue. Puis, neuropsychiatre, tout en continuant à enseigner l’éthologie à la faculté de Toulon. Il va se passionner pour la résilience et se fera connaître grâce à ce nouveau concept importé des USA. La souffrance à ses yeux peut devenir « ce merveilleux malheur » car, il y a une vie après l’horreur.
Il pense que si l’on donne à des enfants traumatisés la possibilité de se rattraper et de s’exprimer, ils s’en sortiront à 90 voir 95%. En devenant adultes, ils se tourneront vers des métiers altruistes voulant faire bénéficier les autres de leur propre expérience. Il cite quelques métiers : éducateurs, assistants sociaux, psychiatre, psychologues. Lui-même est psychiatre.

Pour comprendre Cyrulnik, il faut savoir ce qu’est le concept de résilience :
Une idée qui permet de dévictimiser les traumatisés et de développer l’empathie. Une victime de viol par exemple, sera pris en charge moralement et écoutée. Après quoi, elle apprendra que cette injustice doit-être transcendée, et que la vie continue. En fait, elle va apprendre à regarder ce crime comme un acte qui va lui permettre de devenir plus forte ! Sensément, elle finira par oublier et totalement occulter ce qui lui est arrivé en se tournant vers les autres victimes, et en les aidant.

Lire Cyrulnik permet de discerner que la résilience ne fonctionne pas vraiment sur l’oubli total, ni sur l’altruisme désintéressé. On ne résilie pas un malheur comme un bail... Lui-même arrivé à la soixantaine, parle toujours de façon détournée du grand malheur qui a frappé son enfance. Il a bâtit toute sa carrière professionnelle sur ce malheur... S’il avait oublié, serait-il ce qu’il est ?

On constate en étudiant Cyrulnik, que Salomé a raison, nos grands malheurs ne nous quittent jamais, on meurt avec... D’un autre côté quand Boris déclare : « il y a une vie après l’horreur » et que l’on regarde le parcours de Jacques, on constate que c’est réel. Mais, ce n’est pas l’oubli qui nous aide, c’est le souvenir qui nous stimule !

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?