Accueil > Actualite > Rütli quelle signification ?

Fête Nationale sans feux d’artifices pour cause de sécheresse

Rütli quelle signification ?

1er août -fête nationale Suisse

samedi 2 août 2003, par Mireille-Caroline

1er août 1291 des représentants des cantons d’Uri, de Schwyz et d’Unterwald se réunissent. « Hors de question de supporter plus longtemps la domination des Habsbourg. » De cette confédération naîtra quelques siècles plus tard une légende, Guillaume Tell contre le bailli Autrichien dont tout le monde connait le nom*. Si un document conservé aux archives de Schwyz atteste le pacte de 1291, Guillaume Tell restera dans la légende.

Dans la tradition les trois conjurés des cantons se seraient réunis le 1er août dans la prairie du Rütli. C’est pourquoi chaque année cet endroit est un haut lieu de patriotisme helvétique.

Pourquoi le 1er août et le Rütli ?

Pierre Maugue dans son livre Guillaume Tell et la tradition celtique n’hésite pas à écrire qu’en fait au XIIIè siècle les Suisses étaient encore très attachés à leurs traditions celtiques. Que ni les romains, ni le christianisme n’était parvenu à faire taire leur paganisme.
Ce n’est qu’à l’apparition de la chasse aux sorcières que cesseront les cultes aux divinités de la nature. Les Suisses devenus protestants ou catholiques brûleront beaucoup de sorcières. La dernière exécution date de 1782 à Glaris, dans l’Est du pays. Mais le Celtisme a t-il réellement disparu sous l’influence musclée des croyants en un seul dieu ? C’est une autre histoire.. Celle de tous les peuples de l’Europe.

En Helvétie centrale, comme ailleurs eu Europe, tous les ans les peuples celtes avaient coutume de se réunir. C’était l’occasion de fêter le dieu LUG ou Lugnasard (soleil) et de régler les conflits entre tribus et classes sociales.
Ces réunions avaient un caractère obligatoire. Les classes sociales qui s’y rendaient, étaient au nombre de trois : Les prêtres (Druides) les guerriers et les productifs (agriculteurs, artisans, éleveurs et commerçants).

Ces rassemblements annuels se déroulaient toujours dans des prairies nommées « nemeton » c’était ce que les romains décrivaient comme des sanctuaires à ciel ouvert entourés de forêts. Les arbres jouaient un grand rôle chez les Celtes.
La date de cette fête qui était le 1er août correspondait à la fête du soleil (Lug).

Pierre Maugue s’est intéressé à la prairie du Rütli, pour lui elle représente à coup sur un de ses hauts lieux du paganisme celte. D’où sa déduction que l’endroit et la date de signature du pacte d’alliance représentait tout un symbole de tradition pour les Suisses. Le Rütli occupe une place majeure au centre des trois cantons confédérés au bord du lac des Quatre cantons.

Citons le nom des trois signataires de ce pacte : Walter Fürst, Werner Stauffacher et Arnold de Melchtal.

Extrait du pacte de 1291 :

« Les hommes de la vallée d’Uri, de la communauté de la vallée de Schwytz et de la vallée inférieure d’Unterwald, considérant la malice des temps et à l’effet de se défendre et maintenir avec plus d’efficacité... » prenaient l’engagement « de s’assister mutuellement et de toutes leurs forces, de se prêter secours et bons offices, tant au dedans qu’au dehors du pays, envers et contre quiconque tenterait de leur faire violence, les inquiéter ou les molester en leurs personnes ou en leurs biens »

Avant d’achever l’histoire de la Fête Nationale de la Confédération Helvétique, lisons un paragraphe de la conclusion de l’auteur de Guillaume Tell et la tradition celtique, il parle de la naissance de la Confédération Helvétique :

« Ainsi, croyant restaurer un ordre ancien, les Confédérés de la fin du XIIIè siècle préparaient en fait l’avènement des temps nouveaux ; démarche classique des peuples qui abordent souvent l’avenir en pensant revenir à un passé jugé exemplaire. »

Rütli ou Grütli ?

Maintenant, une question reste en suspens, nul doute qu’un Suisse ne nous révèle son secret. Pourquoi la prairie du Rütli est-elle devenue Grütli ? A quoi correspond le « G » ?
Quant à ce bon vieux Guillaume Tell, il rentre définitivement dans la légende aux côtés des Ivanhoé et autres héros de légendes. Mais, nul doute que certains Suisses doivent posséder sa bravoure et son adresse au tir à l’arc.
Ce qu’il faut retenir c’est que les Autrichiens ne sont pas parvenus à coloniser la Suisse. Qu’ils soient bailli * ou dictateur, nos partisans de la neutralité savent se défendre et se confédérer ! Les Suisses resteront toujours des Suisses.

Vive 1291 !

Ci-dessous vous trouverez une partie de la bibliographie dont s’est servit l’auteur. Comme nous sommes en période estivale, si vous voulez partir sur les traces de vos ancêtres Suisses ou autres, faites du tourisme intellectuel.

Pour ceux qui seraient intéressés par la lecture du livre de Pierre Maugue, il est édité aux éditions Guy Trédaniel.
L’auteur a pris ses sources dans de nombreux livres notamment :
- En premier le document attestant le pacte de 1291 aux archives de Schwyz.
- Le dictionnaire historique et biographique de la Suisse, en plusieurs volumes
- Le Livre blanc imprimé à Lucerne en 1607 qui se trouve aux archives de Sarnen
- Mythologie de la Suisse ancienne R. Christinger librairie de l’université Georg Genéve 1965.
Ainsi que beaucoup d’autres ouvrages se rapportant aux tribus et coutumes celtes.

Malheureusement bon nombre de ces ouvrages sont aujourd’hui épuisés, seules les bibliothèques peuvent en posséder un exemplaire.

Photo de la prairie de RÜTLI


NB bailli remplace l’ancien nom que j’avais mis, car un descendant, trouve scandaleux de voir son nom de famille