Accueil > Société > Femmes et vie pratique

Prochainement dĂ©marrage d’un second feuilleton : "Le Monde de Sophie et de Mimi

Femmes et vie pratique

jeudi 24 juin 2004, par Mireille-Caroline

La femme a combattu, la femme a dĂ©montrĂ© sa capacitĂ© Ă dĂ©cider, la femme a investi la politique, la femme s’est mise Ă la gestion des entreprises, les mouvements de femmes ont rĂ©clamĂ© la paritĂ© mais nous les femmes n’avons-nous pas ratĂ© l’essentiel ? Au fond les hommes sont-ils convaincus de nos capacitĂ©s Ă administrer la planète ? La presse fĂ©minine de magazine, souvent dirigĂ©e en hauts lieux par des hommes, nous laisse supposer le contraire ! Les spĂ©cialistes en marketing riposteront qu’ils rĂ©pondent Ă la demande. Actuellement les françaises ne se sentiraient-elles concernĂ©es que par leur corps et l’amour ?

Il a fallu près d’un siècle en France pour reconnaĂ®tre les femmes comme des adultes et leur accorder le droit de vote (1945) Il a fallu une trentaine d’annĂ©es supplĂ©mentaires pour accepter que les françaises puissent avorter en toute lĂ©galitĂ©.
Actuellement dans beaucoup d’entreprises les hommes sont privilĂ©giĂ©s Ă l’embauche et souvent avec un salaire plus Ă©levĂ© que celui d’une femme pour le mĂŞme poste. Ces dernières annĂ©es est apparu le terme paritĂ© qui se veut l’Ă©quivalent d’Ă©galitĂ© des chances, ainsi que des lois sur la discrimination. Des progrès notables ont Ă©tĂ© enregistrĂ©s, il ne faut pas le nier. Cependant, une enclave semble rĂ©sister Ă ces changements, c’est celle du discours en terme de gĂ©nĂ©ralitĂ©.

Qu’on le veuille ou non tout discours ou thĂ©orie considĂ©rĂ©s comme sĂ©rieux relève d’une rhĂ©torique masculine !
N’est-ce pas la porte que nous avons ratĂ© dans notre slalom gĂ©ant pour dĂ©montrer aux hommes que nous pouvions sans problème effectuer les mĂŞmes tâches et Ă tous les niveaux de la sociĂ©tĂ© ?

Ce constat est rĂ©el, les femmes qui font de la politique et qui restent en poste, tiennent des dialogues aux intonations masculines intellectuelles. Analysez les propos d’une SĂ©golène Royal ou d’une Laurence Parisot…

Deux femmes politiques se sont exprimĂ©es en femmes lorsqu’elles Ă©taient en poste ; Edith Cresson (ex Premier Ministre) qui avait eu cette expression malheureuse aux dires de certains hommes : « J’en ai rien a cirer !  » et rĂ©cemment Roselyne Bachelot qui avec son franc parler Ă fait les frais de la mauvaise politique de Monsieur Raffarin. Ces deux femmes d’un bord opposĂ© en politique ont cette particularitĂ© qui manque aux politiciens, elles parlent en femmes avec des mots de femme et ont des rĂ©actions de femmes. Celles qui dĂ©fendent une idĂ©ologie religieuse et qui font la Une des mĂ©dias ne redisent que des phrases de livre religieux et de propagande Ă©crite par des hommes...

Tous les livres religieux ont Ă©tĂ© Ă©crits par des hommes il y a des centaines et des milliers d’annĂ©es, avec des mots masculins pour convaincre des hommes. Les textes très anciens et religieux Ă©crit par des femmes en existent-il ? Pourtant depuis la nuit des temps les femmes ont toujours participĂ© Ă la vie !

Dans les mouvements politisĂ©s, on entend de plus en plus les hommes se plaindre sur le non investissement des femmes dans la vie politique. Mais qui pense que nous faisons de la politique Ă notre façon et avec notre mode d’expression, nous les femmes car dieu sait que nous luttons chaque jour ? En parallèle, si vous feuilletez les magasines fĂ©minins, vous ne trouvez pas de prises de positions contre tel ou tel projet de loi ! On peut dire que sur 60 millions de français la moitiĂ© est de sexe fĂ©minin, alors, qu’attentons ? A croire que les femmes votent en faisant « am stram gram  » entre les candidats !
MĂŞme, si beaucoup de lectrices de revues fĂ©minines se moquent de qui est PrĂ©sident, est-ce une raison pour ne pas en parler ? Parler des futurs candidats, du gouvernement et de ses dĂ©cisions ne nuira pas aux histoires d’amour, cela ne nuira pas obligatoirement Ă la consommation, bien au contraire.

Il va falloir admettre d’abord que la moitiĂ© des citoyens français sont des citoyennes et qu’elles ne pratiquent pas nĂ©cessairement la langue de bois. Par nature plus spontanĂ©es et adeptes du bon sens, les femmes avec des mots forts vont Ă©crire des choses qui dĂ©rangent, mais au point catastrophique oĂą en est le pays, n’est-ce pas de cela dont il a besoin ? L’Ă©conomie n’a jamais autant merdĂ© depuis ces vingt cinq dernières annĂ©es, l’obscurantisme par la voie du communautarisme vient ajouter un peu plus de bordel Ă notre quotidien. Le chĂ´mage est pris d’une fièvre galopante en partie grâce Ă la politique de mondialisation et au gouvernement dont les administrations refusent de travailler entres-elles. Chaque jours les femmes salariĂ©es, chĂ´meuses ou mères de famille tirent des plans sur la comète pour finir la semaine, le mois et rĂ©gler tout ce qu’il y a payer.

L’amour ça fait du bien, certes mais ça ne règle pas les fins de mois difficiles, ça les adoucie. Des rĂ©alitĂ©s pareilles on peu plus les occulter. Seules les minettes qui vivent Ă l’abri du besoin matĂ©riel peuvent s’Ă©mouvoir sur un bellâtre et se prĂ©occuper du dernier anti-rides (dont elles n’ont pas besoin), mais leur nombre diminuent et l’achat de fĂ©minins aussi.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?