Accueil > Société > Le mal des autres

Le mal des autres

dimanche 29 août 2004, par Mireille-Caroline

J’aime bien dire du mal des autres. Pas de tout le monde, non ! juste ceux qui le m√©ritent... Les hommes disent tout le temps que les femmes ne peuvent pas se blairer entre elles. Ce n’est pas vrai ! Enfin ce n’est plus vrai... Et √ßa d√©pend des femmes. Si ce sont des nouilles, c’est permis, c’est m√™me d’utilit√© publique. Remarquez, √©norm√©ment d’hommes ont droit au titre de nouille, r√©ellement on se demande d’ailleurs s’il en existe qui peuvent y √©chapper... Mais, bon ce ne sont que des hommes, nous n’allons pas leur demander d’inventer le fil √ couper le beurre ! Ce serait inhumain, de leur faire prendre le risque d’attraper une m√©ningite...

Les femmes se sont-elles toujours jalous√©es ?

Dans certains milieux, comme les salons litt√©raires, √ßa devait √™tre le cas. Dans les milieux ouvriers, les femmes n’avaient pas de temps √ perdre en bavardages insipides. Dans les immeubles, on se laissait aller √ parler de ses voisins... Dans les villages, on commentait le moindre √©cart de Pierre, Paul et Jacques, √ßa occupait... La f√©e t√©l√©vision ne fournissait pas encore de quoi d√©nigrer.

Aujourd’hui, l’environnement a √©volu√© techniquement parlant. Alors ce que font ses voisins de palier on s’en fout ! Sauf moi, mes voisins les muets viennent de fichent une peign√©e.. L’√©t√© dernier beaucoup ont √©t√© surpris d’apprendre que les vieux de leur immeuble √©taient d√©c√©d√©s pendant la canicule... Certains ont m√™me appris qu’il y avait des vieux dans leur escalier... Si on ne sait pas qu’ils existent, il devient difficile de dire du mal des gens. ! En revanche nos indiff√©rents, √ leur entourage, sont parfaitement au courant de l’existence des malheureux du bout du monde. C’est beau l’altruisme ! Beau comme de l’√©gocentrisme !

Une nana de bureau, que je ne peux pas piffrer, parlait un jour d’une population qui ne subsistait qu’avec 2 euros pas jour. Cette dinde, n’est pas trop mal foutue, alors les mecs y allaient de leurs larmes √ l’Ň“il.. On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre ! J’ai les pieds sur terre alors, je lui fit remarquer que tenir compte du contexte dans lequel ils vivaient serait √©quitable.. Cette pouffe, me fit un proc√®s d’intention quelques mois apr√®s. Elle voulut me faire passer pour une ¬« fasciste ¬ » (elle n’y conna√ģt rien en politique) me pr√™tant des propos que je n’avais pas dit... cette d√©bile, incapable d’avoir des id√©es personnelles, avait emprunt√© au film ¬« la Travers√©e le Paris ¬ » le fameux ¬« Salauds de pauvres ¬ » me confondant ainsi avec Jean Gabin.

Je ne sais pas pour vous, mais moi ce genre de conne, √ßa tape sur la cafeti√®re. Mad√Ęme, s’y croit sous pr√©texte qu’elle milite pour Jos√© Bov√©... Tant mieux pour elle ! Mais manque de bol, il n’est plus d’actualit√© le moustachu casseur de fast-food, √©jecteur de toffeurs (Larzac 2003) et destructeur de ma√Įs.... Je pourrai √©crire un roman de mon aversion √ l’√©gard de cette tricheuse, menteuse. Il faut dire que la p√©tasse, m’a fichu en mauvaise posture, je l’imagine bien jouissant et ricanant du mal qu’elle m’a fait !
Quoique, de mon c√īt√©, je l’ai pas mal savat√©. M√™me si j’ai d√ » me griller partiellement pour y arriver, mais le jeu en valait la chandelle. A part quelques abrutis inconditionnels de la n√©nette, elle est finie !

Quand je prends du recul, je sais bien que sa b√™tise crasse servirait, √ elle seule √ l’excuser, mais elle a √©t√© couverte par les chefs. Ca, √ßa ne donne pas envie de pardonner. D’abord parce qu’il est important de leur mettre le nez dans leur caca aux chefs ! Vivement l’abolition des privil√®ges !

Dire du mal d’un ennemi ce n’est pas m√©dire... Ca procure du bien-√™tre de baver sur une personne qui vous a fait des vacheries. Mieux vaut dire du mal de ses voisins que de tenir des propos racistes ou antis√©mites, c’est pas interdit par la l√©gislation !
Donc, je vous disais que j’aime bien dire du mal des gens, de certaines gens... Comme vous tous. La diff√©rence demeure dans le fait que peu d’entre vous osent l’avouer...

Mais d√®s que vous avez la possibilit√©, sous couvert d’anonymat, de vous laissez aller, vous ne vous en privez pas ! A vous lire sur Internet, je sais de quoi je parle.
A ce jeu les hommes ne sont pas les derniers ! Bizarrement, ils disent plus de mal des femmes que de leurs cong√©n√®res ? ? ?

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion |†s’inscrire |†mot de passe oublié ?