Accueil > Société > La recherche

La recherche

Domaine emploi

vendredi 16 juin 2006, par Mireille-Caroline

L’actif priv√© d’emploi a plusieurs attitudes lors de son parcours. Elles varient tout au long de l’attente de d√©crocher un job. Plus le temps passe plus l’√©nergie d√©cro√ģt et l’espoir diminue. Les entreprises ont une d√©marche particuli√®re. A d√©faut de ne pouvoir employer des salari√©s que pour le temps n√©cessaire √ la r√©alisation de la t√Ęche, elles recherchent des personnes au profil polyvalent frisant parfois l’anachronisme. Les conseillers en mati√®re de recherche de d’emploi font leur possible. Malheureusement les conseils ne sont plus r√©ellement adapt√©s car d√©suets.

Le demandeur d’emploi

Il vient de d√©barquer sur les listings de l’ANPE ! La perte de son emploi est r√©cente. Il en veut. Il est s√ »r de ne pas rester longtemps sur la br√®che‚€¶ Puis les semaines passant son enthousiasme s’√©tiole. L’offre √©tant moins importante que la demande, il lui faut revoir ses m√©thodes.

Les conseillers de l’ANPE, de la presse et cyber presse sp√©cialis√©e lui fournissent des √©l√©ments de piste. Le probl√®me se situe autour du fait que ces conseils sont un peu d√©pass√©s, il y a dix ans d√©j√ ils √©taient donn√©s. De son c√īt√© lors de sa d√©mobilisation professionnelle, le chercheur n’avait pas pens√© √ coucher par √©crit sa strat√©gie. Comme il n’est plus dans l’effervescence et le stress de la perte d’emploi, la fougue du d√©part a d√©cru doucement. La nonchalance (dans le meilleur des cas) et la d√©prime se sont install√©es √ l’insu de son plein gr√©.

Au bout de six mois de recherches infructueuses, s’il d√©sire toujours retrouver un emploi, les retours √ ses lettres de motivations (quand il y en a) ne l’encouragent pas. Le contenu et les exigences des petites annonces le laisse de plus en plus perplexe. L’actualit√© du monde du travail le met en col√®re.
Bref ! Notre ch√īmeur est d√©motiv√© !

Au bout d’un laps de temps, l’ANPE consid√©rera qu’il ne sait certainement pas si prendre, voir qu’il profite des ¬« gras √©moluments ¬ » vers√©s par les ASSEDIC. Elle le contraindra √ int√©grer un atelier de recherche d’emploi. Ce qui fera baisser davantage sa colonne confiance. Dans le meilleur des cas, il parviendra √ d√©crocher un CDD ou un CNE et sera de retour quelques mois plus tard √ la case d√©part.

Fran√ßoise professionnelle de la PAO s’est trouv√©e dans cette situation, apr√®s avoir eu l’obligation de participer √ un atelier de ce type. Elle a d√ » rechercher un stage et est parvenue √ d√©crocher un poste de vendeuse. A la fin de son CDD de deux mois, elle a appris qu’elle ne serait pas gard√©e. Le motif a √©t√© plus que d√©valorisant : ¬« Vous ne semblez pas vous int√©grer √ l’√©quipe ¬ ».

A qui la faute ? Vendeuse c’est un m√©tier qui requiert un profil pr√©cis. Tout le monde n’est pas apte √ en d√©velopper les habitudes du m√©tier. Pour Fran√ßoise notamment, c’√©tait le c√īt√© papotage entre coll√®gues qui la g√™nait. Elle pr√©f√©rait faire son travail correctement et rester en retrait.

Les Réseaux

Actuellement tout le monde parle des r√©seaux comme s’il s’agissait de la derni√®re trouvaille. Hors, au 19√®me si√®cle d√©j√ le d√©crochage d’un job passait par les r√©seaux (salons).
Ce qui ne signifie pas que la m√©thode soit p√©rim√©e, mais encore faut-il savoir s’organiser un r√©seau ou int√©grer le bon !

Bertrand ch√īmeur pendant plus d’un an nous explique : ¬« Au d√©but, j’avais un bon r√©seau de relations professionnelles. Puis au fil des mois, une partie de mes connaissances ont cess√© de me fr√©quenter, alors que les autres m’apprenaient qu’ils √©taient hors jeu, eux aussi !¬ » Il a fini par d√©crocher un emploi √ plein temps (39h.) dans une TPE, mais pas r√©ellement en rapport avec sa formation initiale. C’est gr√Ęce au fait qu’il √©tait originaire de la m√™me r√©gion que l’employeur qu’il a √©t√© recrut√©. Pass√© six mois, l’employeur ne l’a pas trouv√© aussi g√©nial que le jour de l’entretien. N√©anmoins Bertrand n’a perdu son nouvel emploi que lors de la fermeture de l’entreprise, deux ans plus tard.

Il faut savoir que si des r√©seaux fonctionnent et permettent de ne pas rester trop longtemps priv√© d’emploi, il y a des raisons.

Les r√©seaux d’anciens de grandes √©coles. Les chances d’aboutir sont de 9/10. Gr√Ęce au d√©part √ la renomm√©e de l’√©tablissement scolaire. Ces √©coles fournissent les hauts cadres.

Les r√©seaux corporatistes, souvent li√©s √ un organismes syndical, 5/10 mais en raison de la baisse de la popularit√© des syndicats, ils sont de moins en moins source d’emplois.

Les r√©seaux sociaux, c’est-√ -dire m√™me milieu social. La soci√©t√© √©tant divis√© en trois classes sociales. Les classes sociales √©lev√©es, moyennes, et pr√©caires.

Dans les classes sociales élevées le réseau de relations fonctionne avec une note de 10/10
Dans les classes moyennes, il est de 5/10 √ condition de pratiquer une activit√© loisir qui permet de rencontrer r√©guli√®rement beaucoup de monde.
Dans les milieux pr√©caires et d√©favoris√©s la cotation est de l’ordre de 2/10. Les moins qualifi√©s et souvent les moins argent√©s entretiennent rarement des relations de r√©seau. Au mieux des relations de voisinage.

Il reste pour tous, les clubs de chercheurs d’emplois, tr√®s actifs en province, ils d√©pendent souvent d’un service annexe de l’ANPE et sont soutenus par des cabinets de consultants. Si au d√©part le but √©tait de regrouper des personnes de tous horizons professionnels afin de cr√©er une dynamique collective, depuis leur cr√©ation ils se sont malheureusement corporalis√©s. Pourquoi malheureusement ? Parce qu’exercer la m√™me profession va les mettre en comp√©tition et de ce fait l’√©change et la dynamique du groupe sera moins productive. De plus le contact avec des personnes peu scrupuleuses est assur√©.

Un exemple, Karine B. pigiste : ¬« Je me rendais r√©guli√®rement aux r√©unions de mon groupe de pigistes. Un jour j’explique que je venais de d√©crocher des piges r√©guli√®res avec un mag. et ce sans avoir fait de d√©marches particuli√®res. De ce moment l√ , j’ai √©t√© courtis√©e par beaucoup de mes confr√®res. Deux d’entre elles sont m√™mes pass√©es au-dessus de moi pour contacter ma r√©dac, et S. a m√™me eu le toupet de leur t√©l√©phoner de ma part ! Du jour o√Ļ le magazine a cess√© d’exister, je n’ai plus eu de nouvelles de mes anciens confr√®res. C’est l√ que l’on compte ses amis.¬ »

Dans un prochain article, nous vous d√©crirons les entreprises et les secteurs qui recrutent ainsi que la fa√ßon dont ils prospectent, r√©digent leurs annonces, leurs besoins et leurs m√©thodes de recrutement. Egalement les institutions, les sites Internet et les livres donnant des conseils pour la recherche active d’un emploi.

Vous d√©couvrirez peut-√™tre pourquoi entre les conseils en recherche et les besoins r√©els des entreprises, il existe un foss√© qui s’appelle r√©actualisation des m√©thodes, √©coute des besoins et bonne volont√© de la part de tous les acteurs du march√© du travail. En attendant, les chercheurs d’emploi lambda devront faire contre mauvaise fortune bon cŇ“ur et prendre leur mal en patience. L’id√©al est d’int√©grer un club de recherche d’emploi autonome.
Dans cet optique il faudrait que les ch√īmeurs se rencontrent et se prennent en charge. Mais la question du local de travail restera le principal √©cueil. Ni l’ANPE, ni les ASSEDIC ne mettront √ disposition une salle √©quip√©e en t√©l√©phone et autres outils, pour des particuliers. Sauf √ se servir de la salle de l’antenne locale, il restera aux ch√īmeurs la possibilit√© de se regrouper dans un bar.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion |†s’inscrire |†mot de passe oublié ?