Accueil > Société > Sens de la vie

Sens de la vie

Athéisme et sens moral

dimanche 29 juin 2003, par Mireille-Caroline

Le 11 f√©vrier 2002, un copain constatait am√®re : ¬« Ca y est, tu es contente, tu as tu√© Dieu ! ¬ » Ayant √©t√© plong√©e dans la religion catholique presque √ ma naissance (bapt√™me) j’aurais d√ » √©prouver √ ce moment pr√©cis, et je le devrais encore, des remords. Mais comment peut-on tuer une entit√© qui n’a jamais exist√© que par le fait de l’homme ? N’ayant pas le sentiment d’avoir assassin√© l’univers, ni le cosmos, je continue √ dormir tranquille la t√™te au milieu de mon oreiller. Devenue ath√©e sans le vouloir, je ne m’en porte pas plus mal. J’ai m√™me am√©lior√© ma conduite en ce bas monde, comme tous les vrais ath√©es.

Au moyen √Ęge l’on m’aurait dress√© un b√ »cher et telle Jeanne la pucelle, on m’y aurait fait r√ītir. Nous ne vivons plus √ cette √©poque obscurantiste par excellence o√Ļ tout ce qui g√™nait, √©tait invariablement d√©truit pas le feu ! Symbolisant ainsi les flammes de l’enfer.

Encore que pour croire √ l’enfer, il faudrait croire au paradis. Les eccl√©siastiques de cette √©poque le savaient bien que le royaume du diable n’existait pas. Alors, ils le cr√©aient. Le spectacle d’un corps se tordant de douleur dans le feu √©tait assez traumatisant, pour faire peur √ la masse populaire en lui donnant une vision de ce qui les attendait apr√®s la vie terrestre. Fa√ßon exp√©ditive de renforcer la foi en Dieu.

Les athées et la bonne conduite.

Dans les religions monoth√©istes, ils ont invent√© un truc g√©nial. Le pardon en r√©mission des p√©ch√©s avou√©s et regrett√©s. Les plus pr√©voyants restent les catholiques. Ils peuvent chaque samedi se confesser, faire p√©nitence (pri√®res r√©cit√©es) et ressortir de l’√©glise aussi purs qu’√ la naissance. Ils ont √©t√© absouts.

Les ath√©es eux n’ont pas cette porte de sortie. L’au-del√ reste un mythe, ce qui les entra√ģne √ avoir une conduite proche de l’exemplaire chaque jour. Ils vivent dans cette vie-ci et ils r√©pondent de leurs actes ici et maintenant. Pas de jugement divin, pas de possibilit√© de se rattraper dans une vie future. Pas d’optique paradis √ l’horizon. Pas de derniers sacrements, envoy√©s ad padres pour le bonheur des asticots.

L’ath√©e est responsable de ses actes et il le sait. C’est pourquoi, il r√©fl√©chit souvent longuement avant d’entreprendre une action. Il p√®se le pour et contre de chaque chose.

Parfaitement instruit des dommages que cr√©√© le modernisme sur l’environnement, l’ath√©e essaie au maximum de ne pas d√©s√©quilibrer la nature.
Sauf, l’ath√©e qui poss√®de une voiture. C’est une plaisanterie !

En r√©alit√© l’ath√©e l’est parce qu’il s’est interrog√© sur pourquoi il est sur Terre. Il a ouvert des livres et arriv√© √ la conclusion que les scientifiques sp√©cialistes de l’espace qui √©tudient le ciel et l’univers ont quasiment tout expliqu√© sur la mani√®re dont se forme une √©toile et pourquoi elle devient plan√®te. Pourquoi la Terre est habitable et pas Mars. Il sait donc avec certitude que le microcosme et le macrocosme jouent un r√īle important dans le fait qu’il respire, pense et parvient √ se tenir debout. Que perturber ce fragile √©quilibre rel√®ve d’un comportement irrationnel, irresponsable, que toutes les s√©ances dans un confessionnal, tous les je√ »nes et tous les jours de p√©nitence d’une vie ne redresseront pas.

N’ayant pas d’espoir de r√©incarnation, on pourrait se dire que c’est d√©moralisant d’√™tre ath√©e ? Pas fatalement, il suffit de t√Ęcher de remplir sa vie au mieux et d’√©viter de faire des mis√®res √ ses cong√©n√®res. On n’arrache pas une branche d’arbre parce que notre main la tient, si l’on en a pas l’utilit√©. On n’√īte pas la vie √ un humain pour un √ priori, on ne chasse, ni ne p√™che pour le plaisir, si notre poissonnier ou notre boucher √ ce qu’il faut en magasin et surtout si nous avons de quoi nous nourrir. On fait attention √ la mani√®re dont on utilise l’eau et l’√©lectricit√©.

On ne s’envoie pas en l’air pour le plaisir d’ajouter une conqu√™te ou parce que l’on joue √ se s√©duire. On le fait par besoin et avec une personne qui pla√ģt moralement, physiologiquement c’est √©quilibrant. On le fait par tendresse, parce que l’autre nous est si agr√©able que l’on a envie d’√™tre √©troitement li√© √ lui.

Quand l’ath√©e fait des enfants, il se pose la question : ¬« Quel sera l’avenir pour eux ? ¬ » Il ne fait pas plus d’enfants qu’il n’en a les moyens financiers et pratiques. Un enfant requiert une somme de temps consid√©rable et dans notre syst√®me √©conomique une somme d’argent non n√©gligeable.

J’arr√™te l√  ! Apr√®s cela, il faut esp√©rer que les croyants pratiquants ou non, auront compris qu’√™tre ath√©e n’est pas √™tre d√©nu√© de sens moral, bien au contraire. L’ath√©e, √™tre responsable n’a quasiment pas besoin de lois pour savoir la conduite √ tenir. Son sens des responsabilit√©s le guide bien mieux que tous textes religieux ou l√©gislatifs. L’ath√©e est libre penseur. M√™me si d’autres ont ou ont eu de bonnes id√©es, il le reconna√ģt sans pour autant tomber dans l’endoctrinement, ni l’obsessionnel.

Pour finir et faire plaisir aux croyants, il y a de bonnes choses dans les religions, dommage qu’elles soient si mal interpr√©t√©es par leurs d√©fenseurs. Surtout si mal appliqu√©es. Les religions ne sont jamais parvenues √ effacer des √™tres humains leurs d√©fauts. Entre autre l’orgueil pierre angulaire du besoin de se faire valoir par rapport √ ... et artisan du merdier ambiant que subit notre plan√®te. L’orgueil arme le bras de l’assassin, celui de l’√Ępre au gain, celui l’envieux, celui du pervers, du tricheur, celui du voleur, celui du looser, celui du dictateur, celui du fanatique, etc.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion |†s’inscrire |†mot de passe oublié ?