Accueil > Soci√©t√© > Me laisser emmerder, jusqu’o√Ļ ?

Me laisser emmerder, jusqu’o√Ļ ?

Dans la rubrique, on a toujours le pouvoir de dire NON !

samedi 10 février 2007, par Mireille-Caroline

Nous en sommes tous l√  ! Dans nos soci√©t√©s civilis√©es o√Ļ les individus s’y √©battent et doivent s’estimer heureux, car vivant dans des pays riches, le constat est effrayant. Les pays industrialis√©s abritent plus de malheureux qu’ailleurs. Des malheureux moralement, pour des causes diverses. Des gens inquiets de l’avenir, des sur consommateurs d’anxiolitiques, anxiog√®nes et autres m√©dicaments r√©gulateurs de comportements. Bref ! Une soci√©t√© bien propre en apparence qui cache sa crasse soigneusement. Il reste une cat√©gorie d’individus qui a d√©cid√© de s’exprimer, car ils le peuvent gr√Ęce au contexte.

Pour ceux qui conservent les pieds sur terre, qui montent dans le train du changement, la r√©alit√© des comportements humains les fait bondir !
Peut-on accepter certain propos, du type ¬« je te donne des ordres ¬ » sans aucune raison valable ? Sans √™tre habilit√© pour le faire ?

A-t-on le droit d’accepter que cela se fasse ?

On a toujours le pouvoir de dire non !

Aucun article de loi ne nous l’interdit et rappelons-le nous sommes dans une soci√©t√© de droit, r√©git par des lois.

Plus que jamais d’actualit√©, cette phrase c√©l√®bre qui a fait le tour du monde, devrait √™tre martel√© en grand et en trois par quatre.

Depuis ces derni√®res 25 ann√©es, nous avons assist√© √ un revirement des comportements humains. Vingt cinq ans, cela correspond √ une g√©n√©ration. Faut-il penser que la nouvelle g√©n√©ration des 20/40 ans, a d√©cid√© de nous fabriquer un monde de para√ģtre ?

Doit-on enfiler ces chaussons au risque d’√™tre en d√©saccord avec soi-m√™me et devenir un des √©ni√®mes consommateurs de psychotropes ?

C’est sans doute ce qui arrive en France. Un rapport du CREDES mettait en √©vidence qu’un quart des fran√ßais consommaient des m√©dicaments pour se calmer. Ce rapport datait de 2002. En 2007, √ la vue des grandes r√©formes d√©j√ entam√©es, √ combien se montent le taux de consommateurs de m√©dicaments/drogue ?

Le probl√®me dans nos soci√©t√©s dites ¬« riches ¬ » c’est que le PIB des pays est haut, mais que toutes les couches de la population ne sont pas nanties √©galement. De m√™me que les postes de travail repr√©sentent un pourvoyeur d’anxi√©t√©.

Quand le travail se rar√©fie par la volont√© de comit√©s d’actionnaires de direction, plus aucun poste de travail n’est fiable. Le discours qui vient d’en haut est clair :
¬« Si vous n’√™tes pas contents, laissez votre place √ d’autres ! ¬ »

Nous n’√©voquerons pas l’embauche par typologie de candidat. O√Ļ l’√Ęge est au centre du choix. Est-ce un hasard, si la tranche d’√Ęge la plus recherch√©e se situe entre 30/45 ans ?

Dans ce bourbier, les plus jeunes de plus 20 ans conservent l’espoir, se r√©forment et aiguisent leurs canines, les nouveau vieux de 45 ans se laissent abattre. Et ceux qui atteignent l’√Ęge canonique de la quarantaine continue de propager la propagande qu’ils ont absorb√© depuis pr√®s de quinze ann√©es. Quand pour eux va sonner le glas, qu’ils vont comprendre que leur tour d’√™tre mis au rancard est arriv√©, ils passeront du psychologue au psychiatre. Et les maladies mentales vont conna√ģtre un essor sans pr√©c√©dent !

Les plus 50 ans n’ayant plus rien √ perdre, seront l√ pour prendre la rel√®ve et former les jeunes qui vont arriver sur le march√© du travail. En attendant, que la g√©n√©ration sacrifi√©e rende l’√Ęme, ces vieux (souvent tr√®s jeunes et alertes) disent bien haut bien fort !

Arr√™tez de nous emmerder !

Et pourquoi peuvent-ils le dire ? Parce qu’actuellement ils ont √©t√© mis hors jeu !
Mettre hors une personne, c’est aussi lui offrir la libert√©.
Notre soci√©t√© n’a donc plus de moyens de pression sur eux ! Les retraites ? Tout le monde s’en fout puisque l’on sait que l’on en b√©n√©ficiera pas ! Les cr√©dits ? A cet √Ęge, √ßa fait longtemps qu’ils sont rembours√©s ! Le travail ? La bonne rigolade, on est plus embauchable, sauf √ se cr√©er son propre job ! La r√©forme du code du travail ? On s’en tape, √ßa ne nous concerne plus‚€¶.

Voil√ , pourquoi les cinquantenaires peuvent s’offrir le luxe de dire NON et aussi de dire vous me faites chier‚€¶ Pour museler les individus, il faut que ceux-ci aient quelque chose √ perdre !

L’horizon 2012 va voir l’ouverture totale des march√©s. L’Europe a ORDONNE √ tous les pays d’ouvrir leurs entreprises de services publiques √ la concurrence avec les entreprises priv√©es g√©r√©es par capitalisations et par des groupes d’actionnaires. Dans cinq ans √ßa va √™tre le bordel, et ceux qui ont cru et promu les belles id√©es de la lib√©ralisation vont se prendre la baffe de leur vie. Pour les jeunes-vieux cela se passera sans douleur, √ßa fait plus dix ans qu’ils sont dans le train du changement. Autant dire qu’ils ont eu le temps de s’adapter et de trouver les moyens pour continuer √ vivre‚€¶ Avec le luxe de pouvoir dire MERDE quand ils veulent.

Mais nos jeunes loups, eux ne seront pas adapt√©s. Les employ√©s des entreprises de services public devront apprendre √ surnag√©s aussi. S’en sortiront ceux qui eu lieu d’√©couter le chant des sir√®nes obsol√®tes et de consommer des psychotropes, auront d√©cid√©s de faire travailler leurs neurones.

A l’horizon 2012 l’esclavagisme que l’on croyait disparu de nos riches contr√©es civilis√©es reviendra en force. Le travail pr√©caire √©tant le m√®tre √©talon, pour se loger cela va √™tre difficile‚€¶ A quoi ressemblera notre soci√©t√© quand tous les postes de travail seront pr√©caris√©s comme la sant√© et l’amour ? A vous d’y r√©fl√©chir individuellement‚€¶


Peut-

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion |†s’inscrire |†mot de passe oublié ?