Accueil > Coup de déprime et coup gueule > Lettre ouverte aux syndicats de salariés

Lettre ouverte aux syndicats de salariés

Urgence √ faire dispara√ģtre un contrat

vendredi 27 avril 2012, par Mireille-Caroline

Le contrat intermittent √ dur√©e ind√©termin√© est l√©gal, mais c’est une abomination. Car, la fin d’une p√©riode d’essai √ l’initiative du salari√© est assimil√©e √ une d√©mission et p√©nalise en cas d’allocations ch√īmage. Mais, pire, les salari√©s connus pour √™tre sous ce type de contrat ne sont pas pris en compte par l’UNEDIC.

Depuis 2008, je me suis fait pi√©g√©e deux fois par ce type de contrat. Je suis senior et trouver un CDI rel√®ve de l’utopie.
La premi√®re fois, je n’avais pas lu int√©gralement mon contrat. Comme c’√©tait une de ces nombreuses entreprises sc√©l√©rates, ils m’ont d√©missionn√© d’office quelque mois plus tard. A l’√©poque j’avais largement assez cotis√© pour avoir droit √ un recalcule de mes droits. Cependant, le mot d√©mission m’a plong√© √ l’ASS (420‚‚¨ environ/mois) au lieu de 1100‚‚¨. Autant dire que mon ASS (Allocation sp√©cifique de solidarit√©) est loin d’√™tre de l’assistanat. J’avais √ mon compteur d’heure plus de 700h travaill√©es pour lesquelles j’avais cotis√©.

Le seconde fois date de septembre 2011. Il me manquait une vingtaine d’heure pour avoir droit √ un recalcule d’ARE. J’accepte une mission de 7h et je signe ce maudit contrat CIDI (CDI intermittent) mon contrat stipul√© que j’avais 2 mois de p√©riode d’essai et qu’il m’assurerait 35h de travail dans l’ann√©e. Moins d’un mois apr√®s ma mission, je mets un terme √ ma p√©riode d’essai. Mais l√ , la donne UNEDIC a chang√© mettre fin √ une p√©riode d’essai ou d√©missionn√© c’est √©quivalent, il est consid√©r√© que l’on met en position de ch√īmage volontaire‚€¶ Ce sont donc des contrats de travail sc√©l√©rats b√©nis par un gouvernement qui ne peut nous faire croire qu’il entend ceux qui souffrent.

Mais, pour que ce type de contrat soit l√©gal, il faut bien comprendre que les syndicats de salari√©s n’y ont pas fait barrage.
TOUS coupables, et in fine le salari√©/travailleur reste la victime de pratiques proche de l’esclavagisme, voir de l’escroquerie financi√®re.

Alors, vous les syndicats de salari√©s, faites en sorte que les contrats intermittents √ dur√©e ind√©termin√©e soient interdits, car le salari√© tenu par ce type de contrat ne peut pas vivre‚€¶

Il peut avoir en parallèle une autre activité salarié, me direz-vous, mais il peut aussi travailler au black.

Dans l’article Travail au noir je vous explique pourquoi l√ encore les gens sont pouss√©s, encourag√© √ travailler au black.

Dans les deux cas, le gouvernement a une grande part de responsabilité.

Halte √ la propagande de lib√©rer le travail, au contraire il faut revenir √ un encadrement beaucoup plus s√©rieux, les entreprises ne ma√ģtrisent pas assez la valeur honn√™tet√© o√Ļ toute peine m√©rite salaire en temps voulu.
La travail au noir co√ »te cher au pays entre 14 et 16 milliards d’euros chaque ann√©e, mais les responsables ne sont pas ceux qui n’ont plus que cette solution pour vivre.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion |†s’inscrire |†mot de passe oublié ?