Accueil > SCIENCES > Y’a des agents pathog√®nes partout

Y’a des agents pathog√®nes partout

Dans la s√©rie : d√©gonades et prolif√©ration, d’o√Ļ vient le danger ?

vendredi 6 février 2004, par Mireille-Caroline

Pour approfondir un tel sujet, le mieux est d’aller sur le terrain. Interroger les t√©moins, les rescap√©s et les responsables. Qui est susceptible d’√™tre la cible ? Comment s’articule l’organisation g√©n√©rale ? Peut-on s’en pr√©munir ? Existe t-il un ou des rem√®des ? Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’ennemi N¬°1 de la d√©mocratie, sans oser le demander. Le tout rembours√© par la S.S.

Leur apparences

Ils sont consid√©r√©s comme √©tant les plus petits. Vous ne pourrez pas trouver d’individus aussi minimalis√©s dans le monde des vivants. Le probl√®me c’est qu’ils sont tous diff√©rents, d’o√Ļ la difficult√© de les localiser et de les reconna√ģtre.

Leur pouvoir

Ce sont des transformistes, ils mutent √ volont√©. C’est de leur capacit√© √ muter qu’ils tirent leur immense pouvoir. Ce qui fait d’eux des ennemis redoutables.
Sur toute la plan√®te des gens les espionnent jusque dans leur plus stricte intimit√©, avec l’espoir de d√©couvrir la strat√©gie qui les an√©antira.

Leur particularité

Ils s’organisent dans des cellules. A partir del√ , ils ne peuvent se multiplier. La cellule peut et a int√©r√™t √ fusionner avec d’autres pour sa survie. D’o√Ļ le danger qu’ils repr√©sentent pour l’humanit√©. Un √©l√©ment jeter hors de la cellule peut parfaitement int√©grer un autre organisme en se joignant √ d’autres cellules du m√™me type ou pr√©sentant des caract√©ristiques id√©ales √ son √©panouissement.

O√Ļ peut-on les rencontrer ?

Il y en a dans tous les organismes. Et partout on trouve l’ennemi install√©. Heureusement tous ne sont pas capables de d√©clencher une catastrophe. Seul l’agent pathog√®ne et ses sbires sont r√©ellement dangereux. L’homme sera toujours un danger pour l’homme. Il arrive cependant que parfois la nature affecte l’homme et que l’homme infecte la nature(le mot nature est cit√© par beaucoup de scientifiques √©crivains, c’est pourquoi nous reprenons ce terme).
Il faut savoir qu’ils se conservent mieux au froid et que la chaleur les fragilise. Mais attention certains sont tr√®s r√©sistants m√™me en milieu chaud o√Ļ ils auraient tendance √ incuber, voir √ prolif√©rer.

Est-on √©gaux face √ l’ennemi ?

Cela d√©pend en fait de l’individu. Certains vont √™tre affect√©e par leur pr√©sence, d’autres contamin√©s et d’autres n’en ressentiront aucune perturbation. Nous avons peu de statistiques sur la diff√©rence de sensibilit√© d’un humain √ l’autre. On avance l’hypoth√®se d’√©l√©ments interagissant dans l’environnement.

Pourquoi tant de haine ?

Les agents pathog√®nes ne pensent qu’√ leur propres survie, c’est pourquoi ils nous rendent si malades. Mais en nous perturbant, ils perturbent leur propre environnement, ils s’auto d√©truisent en quelques sorte. Il arrive que malheureusement en se d√©truisant, ils nous d√©truisent et que nous en mourrions.

Comment peut-on proc√©der √ leur arrestation ?

Il existe tr√®s peu de solution, la meilleure √©tant de s’en pr√©munir. Les agents pathog√®nes n’ont ni intelligence, ni instinct, ils se transforment selon leurs besoins du moment. C’est pourquoi ils sont si dangereux et si peu reconnaissables. Leur mutation s’op√®re en deux phases. La premi√®re est d√ » au hasard, le besoin de se diversifi√© sans id√©e de d√©part. La seconde tient √ une sombre histoire de ¬« s√©lection naturelle ¬ ». Lors de la mutation certains vont se r√©v√©l√©s faibles et dispara√ģtront. Ceux qui survivent vont transmettre √ leurs descendance leurs nouvelles caract√©ristiques. Ainsi, vont appara√ģtre de nouveaux agents pathog√®nes totalement inconnus des services de recherches.

Pourquoi sont-ils indestructibles ?

Olivier Sonigo nous explique : ¬« Nos modes de vie et notre environnement, qui autrefois √©tait limit√©s, sont en perp√©tuel changement (urbanisation, d√©forestation, alimentation collective, transfusion, voyages, nouveaux comportements, ...) Ces conditions permettent de trouver de nouveaux terrains propices √ leur reproduction.¬ »
On peut affirmer que nous sommes les premiers responsables de la prolif√©ration des agents pathog√®nes, souvent √ notre corps d√©fendant.

Les combattants de l’ombre

Les groupes d’observation, constitu√©s de m√©decins, sont charg√©s d’effectuer des pr√©l√®vements sanguins chez les patients touch√©s par la maladie. Gr√Ęce √ ces pr√©l√®vements les chercheurs vont les analyser et tenter de reconna√ģtre les agents pathog√®nes en voie de mutation ou mutants. Ce sont les mutants qui seront responsables de la prochaine contamination, d’o√Ļ l’importance de les observer pour mieux les combattre d√®s leur premi√®res manifestations.

Le R√©seau public, il est constitu√© d’un certain nombre de m√©decins qui communiquent les informations recueillies sur la population infect√©e (√Ęge, sexe, ville, etc.)
Ces informations permettent d’√©tablir une carte g√©ographique de l’√©tendue de l’√©pid√©mie.

Quel comportement doit-on adopter face √ eux ?

Encore une fois nous sollicitons Pierre Sonigo pour la justesse de ses propos et sa tol√©rance : ¬« Lorsque nous sommes fascin√©s ou effray√©s par un ph√©nom√®ne, c’est que nous ne le comprenons pas. Si les virus m’apparaissent comme des ¬« √™tres ¬ » vivants passionnants √ √©tudier en aucun cas je veux me laisser emporter √ leur √©gard... - Mon r√īle se limite √ comprendre comment ce ph√©nom√®ne naturel peut influer aussi violemment sur nos vies humaines afin d’apprendre √ nous battre contre ses invisibles machines de souffrances et de mort. ¬ »

Marie-Odile Monchicourt : ¬« Ils font partis de ces √™tre parasites qui repr√©sentent l’une des plus terrifiantes forces du mal contre lesquelles nous n’avons pas fini d’apprendre √ nous battre. - Il est fascinant de se rendre compte que ces entit√©s d’un autre monde sont extraordinairement petites, fragiles et instables. Le contraire des "qualit√©s" g√©n√©ralement recherch√©es pour l’√©laboration d’une machine du guerre. ¬ »

Impossible √ ce jour de chiffrer le nombre r√©el des √©pid√©mies virales dans le monde. Certaines √©tant identifi√©es sont combattues et d’autres dites ¬« √©radiqu√©es ¬ ». Cependant les chercheurs crient ¬« attention ¬ » rien ne dit que les agents pathog√®nes de certaines maladies ne referont pas surface sous une autre forme dans quelques ann√©es.
Les virus sont des sales b√™tes qui ne vivent que pour leur survie personnelle et beaucoup ont la vie dure. Un grand nombre parviennent √ avoir notre peau. Au chapitre des maladie qui reviennent en force la ¬« peste ¬ ».

NB : Avez-vous remarqu√© que le mode de vie des virus n’√©tait pas sans rappeler le modus vivendi de certaines factions politique ?
Et l’anagramme de ¬« limiter ¬ » reste quand m√™me ¬« militer ¬ ». Il serait int√©ressant de superposer la carte d’une √©pid√©mie en Europe sur la carte de la croissance de certaines mouvances... Peut-√™tre trouverions de quoi combattre l’une et l’autre avec efficacit√©. Sachant que les scientifiques parviennent par la g√©n√©tique √ rendre des agents pathog√®nes, en vecteur √ d√©faut de les rendre agents endog√®nes...

CISMeF]
INRA département santé animal
Laboratoire Génétique et Pathologie

Ou bien vous saississez "agents pathog√®nes " ou "virus" sur google et vous lisez !

bibliographie :
La Menace de Dominique Leglu che Robert Laffon
Maladies du tabac de Dominique Blancard Diffusion Estem

Et bien sur :
Virus, Dr Jekyll ou Mr Hyde ? de Pierre Sonigo √©dition Platypus Press


Logo de l’association MC & MC Prod

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion |†s’inscrire |†mot de passe oublié ?